(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 400 543 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 6 h.  

Agence France-Presse

Plus de 108 785 960 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 66 547 800 sont aujourd’hui considérés comme guéris.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Sur la journée de dimanche, 6386 nouveaux décès et 290 730 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1156 nouveaux morts, le Brésil (713) et le Mexique (436).  

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 485 337 décès pour 27 640 521 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.  

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 239 245 morts et 9 834 513 cas, le Mexique avec 174 207 morts (1 992 794 cas), l’Inde avec 155 732 morts (10 916 589 cas), et le Royaume-Uni avec 117 166 morts (4 038 078 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 187 décès pour 100 000 habitants, suivi par la Slovénie (179), le Royaume-Uni (173), la République tchèque (170) et l’Italie (155).  

L’Europe totalisait lundi à 6 h 804 135 décès pour 35 571 937 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 640 943 décès (20 163 894 cas), les États-Unis et le Canada 506 625 décès (28 465 866 cas), l’Asie 248 484 décès (15 699 093 cas), le Moyen-Orient 100 909 décès (5 099 411 cas), l’Afrique 98 501 décès (3 753 890 cas), et l’Océanie 946 décès (31 878 cas).  

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.  

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.  

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).  

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.  

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Quarantaine ciblée en Angleterre

L’Angleterre a inauguré lundi la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les résidents en provenance de pays classés à risque, une mesure destinée à éviter l’importation de variants plus résistants aux vaccins actuels.

Après avoir tenu l’objectif d’offrir avant la mi-février une première dose de vaccin aux catégories les plus vulnérables, soit 15 millions de personnes, le programme de vaccination au Royaume-Uni s’élargit désormais aux 65-69 ans.

Frontières : Paris redoute une décision allemande

Paris « ne souhaite pas que l’Allemagne ferme complètement la frontière » avec la France, a déclaré lundi le secrétaire d’État français chargé des Affaires européennes, Clément Beaune, alors que Berlin a fermé en partie ses frontières avec la République tchèque et l’Autriche pour contenir la diffusion des variants.

Berlin a laissé entendre qu’il pourrait faire de même avec la France dans les prochains jours en raison de la situation sanitaire dans le département français de la Moselle.

Auckland confinée pour trois jours

Les deux millions d’habitants d’Auckland, la plus grande ville néo-zélandaise, ont entamé lundi un confinement de trois jours, une mesure drastique pour tenter de contenir un premier foyer d’infection au variant britannique du coronavirus.

Le gouvernement a ordonné ces 72 heures de confinement après la découverte de trois cas au sein d’une même famille dans la grande ville de l’île du Nord. Les écoles sont fermées et seules les entreprises jugées « essentielles » fonctionnent.

Don de vaccins au Zimbabwe

Le Zimbabwe, pays d’Afrique australe à l’économie et au système de santé sinistrés, a reçu lundi un premier lot de 200 000 vaccins contre la COVID-19, un don du fabricant chinois Sinopharm.

France : aide aux précaires prolongée

En France, l’aide exceptionnelle créée en novembre pour garantir un revenu mensuel de 900 euros net aux travailleurs précaires est prolongée de trois mois, soit jusque fin mai, a annoncé lundi le gouvernement. Cette aide, versée notamment aux saisonniers ou travailleurs de l’événementiel, a déjà bénéficié à 400 000 personnes.

Italie : stations de ski toujours fermées

L’Italie a décidé de maintenir fermées au moins jusqu’au 5 mars les stations de ski qui devaient rouvrir lundi en raison de la progression des variants.

Près de 2,4 millions de morts

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2 400 543 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles lundi à 6 h.

Après les États-Unis (485 337 morts), les pays comptant le plus de décès sont le Brésil (239 245), le Mexique (174 207), l’Inde (155 732) et le Royaume-Uni (117 166).

Le nombre des victimes est globalement sous-évalué. Il se fonde sur les bilans quotidiens des autorités nationales de santé, mais exclut les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques.