(Paris) La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1 945 437 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 6 h.

Agence France-Presse

Plus de 90 807 760 cas d’infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie, dont au moins 55 908 500 sont aujourd’hui considérés comme guéris.  

Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Sur la journée de lundi, 9287 nouveaux décès et 612 963 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1884 nouveaux morts, l’Allemagne (891) et le Mexique (662).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 376 283 décès pour 22 619 030 cas recensés, selon le comptage de l’université Johns Hopkins.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 203 580 morts et 8 131 612 cas, l’Inde avec 151 327 morts (10 479 179 cas), le Mexique avec 134 368 morts (1 541 633 cas), et le Royaume-Uni avec 81 960 morts (3 118 518 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la Belgique est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 174 décès pour 100 000 habitants, suivie par la Slovénie (145), la Bosnie (133), l’Italie (131), la Macédoine du Nord (126).

L’Europe totalisait mardi à 6 h 626 207 décès pour 29 194 418 cas, l’Amérique latine et les Caraïbes 532 730 décès (16 599 539 cas), les États-Unis et le Canada 393 316 décès (23 284 378 cas), l’Asie 226 587 décès (14 373 300 cas), le Moyen-Orient 92 242 décès (4 242 670 cas), l’Afrique 73 410 décès (3 082 084 cas), et l’Océanie 945 décès (31 378 cas).

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu’une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l’AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d’augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

Le point sur la pandémie

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants : un point sur les dernières évolutions de la pandémie de COVID-19 dans le monde.

Pas d’immunité collective en 2021

Les campagnes de vaccination massives, face à la progression galopante de la COVID-19, ne suffiront pas à garantir une immunité collective en 2021, a averti l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont une équipe est attendue jeudi à Wuhan, au centre de la Chine, un an après l’annonce du premier des près de deux millions de morts de la pandémie.

La visite de ces 10 experts de l’OMS est ultra-sensible pour Pékin, soucieux d’écarter toute responsabilité dans l’épidémie, pratiquement éradiquée en Chine mais qui continue de faire rage ailleurs.

Le vaccin AstraZeneca/Oxford candidat dans l’UE

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a annoncé mardi avoir reçu une demande d’autorisation pour le vaccin AstraZeneca/Oxford contre le nouveau coronavirus, précisant qu’elle pourrait prendre sa décision le 29 janvier. Ce vaccin est moins cher à produire que ses rivaux et plus facile à stocker.

L’EMA a déjà autorisé le 21 décembre le vaccin de Pfizer/BioNTech et le 6 janvier celui de Moderna, pour lesquels la Commission européenne a aussitôt donné son feu vert.

La Russie suspend ses vols vers le Royaume-Uni

La Russie a annoncé prolonger jusqu’au 1er février la suspension de ses liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, en place depuis fin décembre, deux jours après la découverte du nouveau variant de la COVID-19 chez un patient russe de retour de ce pays.

Ford ferme ses usines au Brésil

Le constructeur automobile américain Ford a annoncé fermer ses trois dernières usines au Brésil, avec à la clé près de 5000 licenciements, dans un secteur plongé dans la crise par la pandémie.

Assaut du Capitole : deux députées contaminées

Deux députées démocrates américaines ont annoncé avoir été déclarées positives au coronavirus après leur mise à l’abri avec d’autres parlementaires pendant l’assaut sur le Capitole et l’une a accusé des collègues républicains d’avoir refusé de porter un masque.

« Le temps passé dans la salle a duré plusieurs heures et plusieurs républicains ont non seulement refusé de porter un masque mais se sont moqués des collègues et du personnel qui leur en proposaient », a raconté l’une d’elles. Pour elle, ils ne devraient pas revenir siéger.

Près de deux millions de morts dans le monde

La pandémie a fait au moins 1 945 437 morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mardi à 6 h.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 376 283 décès, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Les autres pays les plus frappés sont le Brésil avec 203 580 morts, l’Inde (151 327 morts), le Mexique (134 368) et le Royaume-Uni (81 960).