Depuis le début de sa campagne présidentielle, Ben Carson a impressionné plusieurs électeurs par son ton calme et son sourire quasi permanent. Lors des débats, certains observateurs lui ont même trouvé un air plutôt somnolent.

Publié le 7 nov. 2015
Richard Hétu

Le neurochirurgien à la retraite a cependant montré un autre aspect de sa personnalité hier soir lors d'une conférence de presse houleuse en Floride. Il a adopté un ton combatif et parfois sarcastique pour attaquer CNN et Politico, qui ont mis en doute son récit de moments charnières de sa jeunesse. Le premier de ces moments concerne une attaque au couteau qui a failli tuer un de ses amis (il avait alors 14 ans) et l'autre son acceptation à l'académie militaire West Point (il avait alors 17 ans).

«Attendez une minute, ne mentez pas! Je n'ai jamais dit que j'avais reçu une bourse complète», a-t-il notamment déclaré en interrompant un journaliste qui l'interrogeait sur l'épisode de West Point, à propos duquel il a pourtant écrit ceci dans son livre, Gifted Hands :

«J'ai été présenté au général Westmoreland et j'ai dîné avec lui et les gagnants de la Médaille du Congrès. Plus tard, on m'a offert une bourse complète (pour étudier) à West Point.»

Qualifiant le reportage de Politico de «mensonge éhonté» et celui de CNN de «ramassis de balivernes», Carson s'est décrit comme la victime d'«une chasse aux sorcières» menée par des médias.

«Je ne me souviens pas d'un tel niveau d'examen pour le président Barack Obama quand il faisait campagne pour la présidence. En fait, je me souviens du contraire. Je me souviens qu'on disait 'O-o-oh, nous ne voulons pas parler de ça'», a-t-il déclaré sur un ton sarcastique en mentionnant le nom de Bill Ayers, l'ancien membre du Weather Underground qu'Obama a connu à Chicago.

Il a de plus prédit que l'archarnement des médias finira par l'aider.

Quoi qu'il en soit, le Wall Street Journal s'est joint hier à CNN et à Politico pour mettre en doute un autre épisode de la jeunesse de Carson. Dans Gifted Hands, celui-ci raconte avoir suivi un cours de psychologie à l'Université Yale appelé Perceptions 301 dans lequel le professeur a mené une expérience sur l'honnêteté de 150 étudiants. Il a écrit qu'il avait été le seul à réussir l'expérience, ce qui, a-t-il précisé, avait incité le Yale Daily News à le photographier.

Selon cet article du Wall Street Journal, Yale n'offrait pas de cours de pshychologie connu sous ce nom et ce numéro pendant les années de Carson à cette université. Le Yale Daily News n'a par ailleurs publié aucune photo de Carson à l'époque où il était étudiant.

Le Journal souligne que plusieurs des histoires de Carson sont difficiles à confirmer ou à infirmer. Le quotidien mentionne notamment le récit que le candidat a fait récemment d'un holdup perpétré dans les années 1980 dans un restaurant Popeye de Baltimore au cours duquel le voleur lui a enfoncé un revolver dans les côtes. Carson lui aurait dit : «Je pense que tu veux le gars derrière le comptoir.» La police de Baltimore a été incapable de confirmer qu'un holdup a eu lieu dans un restaurant Popeye à la même époque.

Il est trop tôt pour dire si la prédiction de Carson se réalisera. Mais certains de ses adversaires ont commencé à mentionner les controverses autour de certains épisodes de sa jeunesse. «Il devra répondre aux questions» sur son passé, a déclaré Chris Christie sur MSNBC hier. Donald Trump a pour sa part déclaré sur Twitter que la bio de Carson pourrait être «une fabrication totale».

On peut voir dans la vidéo ci-dessous des extraits de la conférence de presse tenue hier soir par Carson :