Publié le 27 juill. 2016
Richard Hétu

«Au printemps 1971, j'ai rencontre une fille.» Le ton était donné. Prenant la parole après l'investiture historique de sa femme à la convention démocrate de Philadelphie, Bill Clinton s'est efforcé hier soir de brosser un portrait intimiste et d'humaniser celle qu'il a décrite comme sa «meilleure amie», qui a accepté de le marier après deux demandes infructueuses, qui lui a donné une fille auprès de laquelle elle a été «la meilleure mère du monde» et qui a ouvert ses yeux à la noblesse du «service public» en tant que jeune activiste auprès des enfants, des handicapés et des minorités.

L'ancien président n'aura fait qu'une très vague allusion aux difficultés de son mariage. Revenant sur les débuts de sa liaison avec Hillary sur le campus de l'Université Yale, il a déclaré : «Nous marchons, rions et parlons ensemble depuis lors. Nous l'avons fait dans les bons et les mauvais moments, à travers les joies et les peines.»

Clinton a également décrit Hillary Clinton comme une «agente de changement» dans une saison électorale où elle incarne aux yeux de ses détracteurs le statu quo. Il a affirmé que sa femme avait contribué en Arkansas et aux États-Unis à des réformes majeures en matière d'éducation, de santé et d'adoption, entre autres autres.

«Elle est la meilleure agente de changement que j'aie jamais rencontrée dans toute ma vie», a-t-il déclaré. «Elle est dans le paysage depuis longtemps, elle l'a certainement été, et elle a vraiment utilisé chacune de ses années pour améliorer la vie des gens. C'est un point très important. C'est un point très important que vous devez retenir de votre convention.»

«Elle n'abandonne jamais», a-t-il ajouté.

Après avoir vanté ainsi le caractère de sa femme et salué notamment son travail au Sénat et au département d'État, Bill Clinton a demandé à son auditoire si le portrait qu'il venait de brosser de la candidate démocrate correspondait à «la caricature» dessinée selon lui la semaine dernière par les républicains lors de leur convention à Cleveland. «Comment pouvez-vous concilier les deux?» a-t-il demandé à la foule. «Vous ne le pouvez pas. Une de ces personnes est la vraie Hillary. L'autre est une invention.»

«Aujourd'hui, vous avez intronisé la vraie Hillary», a-t-il ajouté.

«Hillary est exceptionnellement qualifiée pour saisir les occasions [d'améliorer le sort des Américains] et de réduire les risques auxquels nous faisons face», a-t-il encore dit.