Le Sénat ne tiendront pas cette semaine le vote prévu sur le projet de loi pour abroger et remplacer l'Obamacare en raison de l'état de santé de John McCain. Or, de l'avis général, tout retard sur ce vote augmente les chances d'insuccès de la majorité républicaine.

Publié le 17 juill. 2017
Richard Hétu

Le sénateur de l'Arizona a subi vendredi une opération qui a permis de retirer un caillot de sang de 5 cm au dessus de son oeil gauche. Son équipe laisse entendre qu'il pourra retourner à Washington dans environ une semaine, mais des neurochirurgiens interviewés par le New York Times estiment que la convalescence normale après pareille intervention est plus longue. On parle de «quelques semaines».

Le vote de McCain est crucial, car les républicains ne peuvent se permettre plus de deux désertions à l'occasion d'un vote, compte tenu de l'opposition unanime des démocrates. Cette limite est déjà atteinte depuis que les sénateurs Rand Paul du Kentucky et Susan Collins du Maine ont exprimé leur vive opposition au texte, pour des raisons opposées.

Paul trouve que le projet de loi n'abolit pas vraiment l'architecture de l'Obamacare, alors que Collins critique les coupes draconiennes dans le programme d'assurance-maladie Medicaid pour les personnes moins fortunées et les handicapées.

D'autres sénateurs républicains sont indécis.

Les adversaires du projet de loi concocté par le chef de la majorité au Sénat Mitch McConnell et pourvu d'un amendement conçu par le sénateur du Texas Ted Cruz pensent que le temps joue en leur faveur, leur permettant de mobiliser encore davantage la population contre le texte.

Les sénateurs républicains pourraient de leur côté finir par tourner le dos à la réforme de la santé pour s'attaquer à d'autres dossiers plus pressants ou payants, dont le relèvement du plafond de la dette et la réforme fiscale.