Le gouverneur républicain de Floride Rick Scott a déclaré hier l'état d'urgence dans le comté d'Alachua en prévision d'un discours que doit prononcer jeudi le suprémaciste blanc Richard Spencer sur le campus de l'Université de Floride à Gainesville. Sa décision signifie que les services de l'État qui sont parfois déployés pour faire face aux ouragans seront disponibles. Cela inclut la garde nationale de Floride.

Publié le 17 oct. 2017
Richard Hétu

Spencer est l'un des organisateurs des manifestations de Charlottesville qui ont dégénéré et fait un mort en août dernier lorsqu'un autre suprémaciste blanc a foncé dans une foule de manifestants anti-racistes au volant de sa voiture. Les autorités de Floride craignent des affrontements entre les supporteurs de Spencer et ses opposants, parmi lesquels devraient se trouver des militants anti-fascistes prêts à rendre coup pour coup.

«Nous vivons dans un pays où chacun a le droit d'exprimer son opinion, cependant, nous n'avons aucune tolérance pour la violence et la sécurité publique est toujours notre priorité», a déclaré le gouverneur Scott dans un communiqué justifiant sa décision de déclarer l'état d'urgence.

Tout en se disant «flatté» par cette décision, Spencer la considère «exagérée». «Je ne suis pas un ouragan ou une armée d'invasion, du moins pas littéralement», a-t-il confié au Orlando Sentinel.

L'Université de Floride prévoit dépenser 500 000$ pour assurer la sécurité sur son campus à l'occasion de la venue de Spencer, à qui l'on attribue l'expression «alt-right» utilisée pour décrire un mouvement constitué en bonne partie de nationalistes et suprémacistes blancs.

P.S. : Spencer n'a pas été invité par l'Université de Floride. Son organisation a loué un amphithéâtre sur le campus, qui fait partie du réseau universitaire public de l'État.