Anne-Marie Gravel LE QUOTIDIEN

Francis Leclerc refuse de choisir la facilité. Après le succès de ses deux premiers longs métrages, le réalisateur a emprunté un chemin qui lui était complètement inconnu et lance cette semaine son premier film familial à saveur sportive, Un été sans point ni coup sûr.

Francis Leclerc a scénarisé et réalisé les drames intimistes Une jeune fille à la fenêtre et Mémoires affectives, deux longs métrages récipiendaires de nombreux prix. Le réalisateur change donc complètement de registre en présentant une comédie dramatique pour toute la famille qui se retrouvera sur grands écrans le premier août prochain.

«Je ne voulais pas faire un troisième film introspectif avec un personnage qui ne «feel» pas! Il ne faut jamais retomber sur nos réflexes. Il faut s'empêcher d'être paresseux», estime le réalisateur. «J'ai voulu déjouer tout le monde. Je voulais varier dans le genre de film, faire quelque chose de différent.»

Francis Leclerc n'est pas fanatique de baseball et il n'était pas né lors de l'arrivée des Expos à Montréal en 1969. Pourtant, la lecture du livre Un été sans point ni coup sûr de Marc Robitaille a suscité son intérêt.

«J'ai lu ce livre et la relation père-fils m'a tout de suite intéressé. J'aime beaucoup le sport en général, mais je ne suis pas un fan. Je crois que c'est tant mieux car le film, ce n'est pas que ça. Ça a évité de tapisser la production de baseball. J'ai aussi apporté un regard neuf sur l'époque qu'ont vécue la productrice et le scénariste.»

Francis Leclerc était heureux de se concentrer uniquement à la réalisation du film. «Après la scénarisation de deux longs métrages, c'est bien de laisser ses angoisses de côté et de se concentrer sur une histoire qui n'aurait jamais pu venir de moi. Le résultat est un dosage entre les idées puisées dans ma tête et celles des mes collègues», assure-t-il. «La réalisation de Nos étés m'a permis de me rendre compte que je pouvais rejoindre du monde par ma réalisation. Peu importe le genre, je fais des films pour moi. Si j'aime le résultat, les gens vont l'aimer puisque je suis un cinéphile comme eux avant d'être un réalisateur», soutient-il.

Un été sans point ni coup sûr a donné l'occasion au réalisateur de s'entourer de gens qu'il apprécie. Il s'agit du plus gros travail d'équipe qu'il a réalisé jusqu'à maintenant. Francis Leclerc a d'ailleurs profité de l'occasion pour réunir des amis afin de tourner certaines scènes. Il a également fait appel à plusieurs artisans du milieu avec qui il avait travaillé dans le cadre de projets antérieurs. «C'est une bonne équipe, mais pour qu'elle le soit, il faut réunir les conditions gagnantes. Il faut offrir aux gens l'occasion de se renouveler», soutient le réalisateur.

Jusqu'à présent, l'accueil du public est favorable. «Alliance est confiant du succès du film. C'est un peu un film qui arrive du champ gauche puisque son succès n'est pas nécessairement attendu», conclut-il en souriant.