Stéphanie Vallet LA PRESSE

La grande séduction semble avoir conquis le monde. Au moment où la France et l'Italie ont acheté les droits du film pour en faire leur adaptation, c'est Ken Scott qui signera la réalisation de la version anglophone, destinée au marché international.

Huit ans après avoir scénarisé La grande séduction, Ken Scott prendra les rênes de The Grand Séduction, dont le tournage débutera le 28 août prochain pour 40 jours, dans le village de Dunfield à Terre-Neuve. Il remplace le réalisateur Michael Dowse, congédié par la production.

«Michael a été écarté à cause de divergences artistiques», explique le producteur Roger Frappier. «Tout s'est fait à Cannes. En revenant, je me suis assis avec Ken Scott pour lui proposer de réaliser le film. C'est un choix inespéré, c'est un peu comme revenir à l'original. Il a réalisé deux longs métrages depuis que La grande séduction est sortie, dont Starbuck que j'ai eu la chance de voir. C'est sans doute la comédie la plus sensible que j'ai vue depuis La grande séduction. Il était tout naturel pour moi de revenir à l'inspiration de Ken, à sa sensibilité et à son humour», ajoute-t-il.

Ken Scott se penche depuis deux mois sur son scénario d'origine pour en tirer une version anglaise.

«Faire une adaptation est différent et, surtout, pas plus facile. J'ai cherché les points les plus forts du scénario et je suis allé voler toutes les bonnes idées! Mais il est très important d'oublier La grande séduction et de faire une oeuvre originale ne sentant pas la copie. L'histoire est toujours ancrée à Terre-Neuve dans un petit village de pêcheurs. La structure sera la même et les punchs seront similaires. En faisant passer les auditions, je vois déjà des différences dans le texte. Jean-François Pouliot a mis la barre vraiment très haut! C'est un beau défi pour moi», explique Ken Scott.

La production est encore en processus de sélection de la distribution à Montréal, à Terre-Neuve et à New York et Roger Frappier ne désire pas dévoiler l'identité des acteurs pressentis ou confirmés pour le moment.

«Des négociations sont en cours. Robin Williams était intéressé, mais il travaillera sur une pièce de théâtre au moment du tournage. Des acteurs très connus ont confirmé leur intérêt, mais ils attendent de connaître le reste de la distribution. Le choix de la distribution est essentiel. Comme dans la version francophone, il faut qu'il y ait une chimie entre les cinq acteurs principaux», explique-t-il.

The Grand Séduction est une coproduction d'un budget de 11 millions$ qui sortira sur les écrans au printemps 2012 et sera distribué au Canada par Alliance Vivafilm.

«Neuf millions sont déjà financés grâce à Téléfilm Canada, la SODEC, les distributeurs et la compagnie de Barbara Doran, The Newfoundland and Labrador Film. On est en négociations avec un distributeur américain pour la partie manquante», précise le producteur.

Deux autres versions

Roger Frappier a choisi d'attendre de mettre sur pied The Grand Séduction avant de céder les droits du long métrage à la France et à l'Italie.

«J'avais tellement de demandes de remakes pour le film dans des pays comme la Corée du Sud et l'Espagne, que je savais qu'une adaptation en anglais s'imposait pour toucher un marché beaucoup plus grand. En même temps, je ne voulais pas dénaturer le propos de la version originale et les offres que j'avais reçues ne me satisfaisaient pas. C'est pour ça qu'on a pris notre temps», explique-t-il. «La France a été très persistante à Cannes et l'Italie avait déjà adapté Bienvenue chez les Chtis

C'est le producteur français Djamel Bensalah, à qui l'on doit le film Neuilly sa mère qui assurera la production de la version française du film réalisé par Stéphane Meunier. Gérard Jugnot pourrait être de la distribution et incarner le maire d'un petit village situé au coeur des Alpes.

«Gérard Jugnot est intéressé par le projet depuis le début. Lorsqu'il a vu La grande séduction, il m'en a parlé et il a même été question qu'il réalise le film lui-même. Mais comme il est sur un autre projet, il a dit à Djamel qu'il allait jouer dedans s'il est libre au printemps.», estime Roger Frappier.

C'est la maison de production Cattleya de Ricardo Tozzi qui s'occupera de l'adaptation italienne. Le tournage débutera au printemps 2012, tout comme pour la version française.