(Montréal) L’Office national du film du Canada (ONF) dit avoir atteint son objectif de dépenser au moins 15 % de ses fonds de production sur des projets autochtones — et ce, un an plus tôt que prévu.

La Presse canadienne

Cet engagement faisait partie du Plan d’action autochtone de l’ONF annoncé en juin 2017 dans la foulée de la publication du rapport de la Commission de vérité et réconciliation.

En partageant ses progrès pour la deuxième année du plan d’action, l’ONF a indiqué que la production de 40 œuvres de créateurs autochtones de partout au Canada était en cours ou venait d’être complétée.

Parmi ces productions, on retrouve le documentaire primé de Tasha Hubbard, nîpawistamâsowin : We Will Stand Up, qui est actuellement dans les salles de cinéma du Canada, ainsi que le documentaire de Michelle Latimer, The Inconvenient Indian, dont la production se termine. La prochaine œuvre d’Alanis Obomsawin, Jordan’s Principle, en fait également partie.

Le plan d’action a été réalisé en collaboration avec un groupe consultatif autochtone et contient 33 engagements dans quatre domaines clés : transformation de la culture institutionnelle, leadership au sein de l’industrie, production et distribution.

L’an dernier, lors de son premier bilan de première année, l’ONF avait annoncé qu’elle avait appuyé 35 projets autochtones, ce qui représentait 10 % de ses dépenses de production.

Les employés autochtones de l’ONF représentent par ailleurs 1,25 % du personnel. L’ONF s’est engagé à atteindre 4 % de représentation autochtone dans tous les secteurs et à tous les niveaux de son effectif d’ici 2025.