(New York) Les marchés boursiers occidentaux ont gagné un peu de terrain jeudi, plutôt encouragés par l’énergie de l’économie américaine, même si elle donne des arguments à la banque centrale américaine (Fed) pour poursuivre son tour de vis monétaire.  

Mis à jour le 18 août
Agence France-Presse

Les Bourses européennes ont clôturé en légère hausse jeudi après une nette baisse la veille causée par un regain des craintes quant à l’inflation et une politique plus restrictive qu’anticipée de la Banque centrale américaine (Fed).  

Paris a progressé de 0,45 %, Francfort de 0,52 %, Milan de 1,00 % et Londres de 0,35 %.

Un milliardaire à la porte de Manchester United

Un porte-parole du milliardaire britannique Jim Ratcliffe a déclaré mercredi que le propriétaire du groupe d’énergie Ineos est « certainement un acheteur potentiel » de Manchester United si le club anglais était à vendre. Le titre de l’équipe du nord-ouest de l’Angleterre a grimpé de 1,68 % et de 22 % sur dix jours.

Plus tôt dans la semaine, Elon Musk avait démenti vouloir acheter lui-même le club, après avoir fait état de son intention de le faire dans un tweet.

Le dollar approche de nouveau de la parité

Le dollar a fait une percée jeudi pour se rapprocher de nouveau de la parité avec l’euro, soutenu par la détermination de la banque centrale américaine (Fed) à poursuivre sa lutte contre l’inflation dans les prochains mois.

Le billet vert est allé jusqu’à 1,0080 dollar pour un euro, avant de se replier légèrement, à 1,0086 dollar, en hausse de 0,92 %.

AO World surfe sur le net

AO World, spécialiste des ventes en ligne d’électroménager, s’est élevé quant à lui de 4,98 % à Londres après avoir annoncé un chiffre d’affaires en hausse de plus de 50 % sur deux ans et 4 millions de clients supplémentaires depuis le début de la pandémie.

Les marchés reçoivent le message de Cisco

Le groupe de télécommunications Cisco a bondi de 5,81 % à New York, après la publication de ses résultats. « Les pénuries d’approvisionnement en puces s’atténuent » a notamment retenu John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.  

Du côté du gaz, du pétrole et des devises

Le prix du gaz naturel européen de référence, le TTF néerlandais, a monté de 5,89 % à 239 euros le mégawattheure.

Du côté du pétrole, les cours du pétrole ont enchaîné une seconde séance de hausse marquée jeudi, stimulés par des achats d’opportunité, de bonnes nouvelles de la demande américaine et un certain scepticisme quant à l’imminence d’un accord sur le nucléaire iranien.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en octobre, a progressé de 3,13 %, pour clôturer à 96,59 dollars.

Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en septembre, a gagné 2,71 %, à 90,50 dollars.

Le bitcoin avançait de 0,09 % à 23 415 dollars.