(New York) Les cours du pétrole ont encore reculé jeudi, toujours plombés par les craintes d’une récession, qui asphyxierait la demande, mais les contraintes persistent sur l’offre, malgré les appels du président américain Joe Biden aux producteurs et raffineurs.

Mis à jour le 23 juin
Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en août, a abandonné 1,51 %, pour clôturer à 110,05 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en août également, il a lui perdu 1,80 %, à 104,27 dollars.

« Le marché s’inquiète des déclarations (du président de la banque centrale américaine Jerome) Powell et redoute de tomber en récession, ce qui pèserait sur la demande », a expliqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Le responsable de la Réserve fédérale américaine, qui était auditionné jeudi par la commission des finances de la Chambre des représentants, a répété que sa priorité restait la lutte contre l’inflation. « Il va nous falloir des preuves qu’elle redescend vraiment avant de pouvoir déclarer “mission accomplie” », a déclaré Jerome Powell.

Pour Edward Moya, d’Oanda, les opérateurs ont aussi été confortés dans l’idée qu’un fort ralentissement économique est à l’œuvre par plusieurs mauvais indicateurs, notamment les indices d’activité économique PMI en zone euro et aux États-Unis.

Pour lui, ces chiffres « confirment que la contraction de la demande est à l’œuvre ».

Fait rare, en proie à des problèmes techniques, l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a annoncé qu’elle ne publierait pas, cette semaine, l’état hebdomadaire des stocks américains de pétrole et les chiffres de demande, qui auraient renseigné sur le niveau de la consommation actuelle.

Mercredi, la fédération du secteur pétrolier API avait fait état d’une hausse de 5,6 millions de barils la semaine dernière, une surprise car les analystes tablaient sur une baisse d’environ 1,5 million de barils, ce qui signalerait une baisse de l’appétit des Américains pour les produits pétroliers.

Côté offre, la ministre de l’Énergie du gouvernement Biden, Jennifer Granholm, a rencontré jeudi les principaux dirigeants du secteur du raffinage afin d’évoquer les moyens d’augmenter leurs capacités avec, pour objectif, de faire descendre le prix de l’essence.

L’API a fait état d’une rencontre « constructive », mais qui s’est conclue sans annonce concrète. Selon un communiqué du ministère de l’Énergie, Mme Granholm « a indiqué clairement que le gouvernement considérait comme impératif » l’augmentation de l’offre de produits raffinés, notamment l’essence.

Par ailleurs, selon plusieurs médias, la proposition de Joe Biden de lever, temporairement, la taxe fédérale sur l’essence et le gasoil, ne disposait pas de soutiens suffisants pour être adoptée au Congrès, point de passage obligé.

Sur le marché du gaz naturel, la journée de jeudi a encore souligné le contraste entre un marché américain ou l’offre est surabondante du fait de l’arrêt d’un important terminal gazier au Texas, et l’Europe, sous forte pression car dépendante du gaz russe.

Le principal contrat à terme américain a ainsi reculé de 9 %, quant le contrat de référence européen TTF a lui gagné plus de 3 %.

L’Allemagne a activé jeudi le « niveau d’alerte » de son plan d’urgence pour garantir son approvisionnement en gaz.

Les autorités allemandes avaient déjà annoncé qu’elles utiliseraient, pour assurer les besoins du pays en énergie, des centrales à charbon dites de « réserve ».

Jeudi, le contrat de référence sur le charbon européen, l’API2 de Rotterdam, a pris 1,3 %, à 350 dollars la tonne, au plus haut depuis début mars.