Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Publié le 19 juin
Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

Un investisseur institutionnel de Toronto vient de révéler avoir pris ce printemps une importante participation dans Taiga pour ainsi devenir le plus gros actionnaire du constructeur de véhicules récréatifs 100 % électriques.

Un document déposé auprès des autorités indique que Northern Private Capital a commencé juin avec 3,6 millions d’actions de Taiga en portefeuille, l’équivalent d’une participation de 11,4 %.

Les deuxième et troisième actionnaires de Taiga sont les fondateurs Samuel Bruneau et Gabriel Bernatchez, avec des participations de 10,6 % chacun.

À peine un peu plus d’un mois après avoir retiré sa recommandation d’achat sur le titre de Cogeco Communications, la TD suggère de nouveau d’acheter son action. Dans une note publiée vendredi, l’analyste Vince Valentini juge le titre attrayant après son repli des dernières semaines. Il rappelle aussi que les investisseurs à long terme peuvent obtenir une exposition au titre et réaliser un placement judicieux en investissant dans le holding Cogeco à son cours actuel au lieu d’acheter des actions de Cogeco Communications.

Le président du conseil d’administration de Stingray vient d’acheter pour 1 million de dollars d’actions du fournisseur montréalais de services musicaux. Marc Pathy a acheté le 9 juin 172 400 actions. La société en commandite Investissement Boyko a de son côté acheté cette semaine pour 800 000 $ d’actions de Stingray.

La Scotia s’est rangée derrière Coveo en milieu de semaine après la diffusion des résultats de fin d’exercice de l’entreprise québécoise spécialisée dans l’intelligence artificielle appliquée au commerce en ligne. L’analyste David Weiss devient le septième analyste sur neuf à dire d’acheter. Il justifie notamment sa décision par la performance financière, la clientèle et une évaluation attrayante compte tenu des perspectives de croissance.

Guru a perdu la recommandation de la CIBC mardi. L’analyste John Zamparo a retiré sa suggestion d’achat sur le titre de l’entreprise montréalaise de boissons énergisantes biologiques après la publication des résultats trimestriels. « Les investisseurs peuvent trouver un meilleur prix d’entrée que la valeur actuelle et devraient attendre d’avoir une meilleure visibilité entourant l’accélération de la croissance des revenus au pays. »

La CIBC a également retiré en début de semaine sa proposition d’achat sur l’action de Dialogue. Dans un rapport de recherche sur le secteur des technologies, les analystes Scott Fletcher et Stephanie Price soutiennent que les investisseurs peuvent obtenir de meilleurs rendements en investissant ailleurs que dans le titre de l’entreprise montréalaise de télémédecine. « Dialogue demeure déficitaire et dans une position où l’entreprise brûle ses liquidités. La hausse des coûts risque de retarder le jour où la rentabilité sera atteinte. »

L’acquisition cette semaine de LifeWorks (ex-Morneau Shepell) par Telus améliore la position du géant canadien des télécoms dans le secteur de la santé numérique et renforce ainsi un concurrent de la montréalaise Dialogue. Cela augmente aussi les probabilités de voir Dialogue devenir une cible d’acquisition, pense l’analyste Jérôme Dubreuil, de Valeurs mobilières Desjardins.

L’évaluation boursière de Bombardier est trop intéressante pour être ignorée, selon l’analyste Konark Gupta, de la Scotia. Dans une note publiée lundi, il affirme que si certains investisseurs croyaient que le regroupement d’actions visait à empêcher le titre de glisser sous la barre du dollar, la véritable raison était de réduire sa volatilité de façon à potentiellement intéresser des investisseurs à long terme.

Son confrère de la CIBC, Kevin Chiang, a de son côté souligné cette semaine à ses clients que les préoccupations grandissantes liées à une éventuelle récession ou à une période de stagflation limitent la possibilité de voir le titre de Bombardier obtenir une meilleure évaluation.

Hexo a perdu en milieu de semaine les deux dernières recommandations d’achat que le producteur de cannabis de Gatineau avait encore sur son action. Craignant notamment une dilution à court terme venant d’opérations de financement, Matt Bottomley ne propose désormais plus l’achat du titre de l’action. La firme Alliance Global Partners vient aussi de retirer sa suggestion d’achat. Ils sont neuf analystes à suivre officiellement Hexo. Il n’y a plus de suggestion d’achat.

Boralex a perdu l’appui d’iA Marchés des capitaux en début de semaine pour une question d’évaluation. L’analyste Naji Baydoun ne propose plus d’acheter le titre du producteur d’énergie renouvelable de Kingsey Falls à la suite de la récente poussée de l’action.

L’appréciation soudaine du titre de Produits forestiers Résolu au début du mois s’explique par l’inclusion du titre de l’entreprise forestière montréalaise dans les indices américains Russell, ce qui s’est avéré une surprise pour certains investisseurs, selon l’analyste Sean Steuart, de la TD.

Les titres québécois de MTY, Banque Nationale, Lion, Transat, Air Canada, Nuvei, Taiga, CGI, Marché Goodfood, SNC-Lavalin, Cogeco Communications, Stingray, Power Corporation, Stella-Jones, Dorel, DavidsTea, Gildan, Lassonde, TFI, Senvest, Hexo et Neptune ont tous touché un plancher des 52 dernières semaines cette semaine en Bourse.

Les marchés boursiers américains resteront fermés lundi à l’occasion du jour férié commémorant la fin de l’esclavage aux États-Unis.