Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Publié le 16 janvier
Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

La direction du CN a « laissé sur la table » plus d’un milliard en profits depuis six ans, selon la Deutsche Bank, l’équivalent de plus de 20 milliards en valeur boursière au niveau d’évaluation actuel.

La Deutsche Bank s’attend à ce que la nomination du nouveau PDG soit annoncée à la fin du mois et que des changements soient rapidement apportés pour améliorer l’efficacité opérationnelle. Si bien que l’action pourrait monter à 200 $ d’ici 2024, croit l’analyste Amit Mehrotra. Les investisseurs sous-estiment le potentiel des changements qui peuvent être apportés, selon lui.

Dans un rapport publié vendredi, cet expert modifie sa recommandation et suggère maintenant d’acheter l’action du transporteur ferroviaire montréalais en prévision des changements à venir.

À ses yeux, le véritable potentiel du ratio d’exploitation (une mesure de l’efficacité exprimant les dépenses en pourcentage des revenus) se situe à 53,7 % à moyen à terme, ce qui se traduirait par environ 10 $ de profits par action d’ici 2025, ou environ 70 % de plus que le potentiel estimé de profit pour l’exercice 2021.

Sur le plan opérationnel, il note d’importantes différences dans plusieurs mesures financières entre le CP et le CN. Notamment en ce qui a trait aux revenus en tonnes-milles commerciales, à la vitesse moyenne des trains sur le réseau, et au temps de séjour moyen où le CP affiche une bien meilleure performance.

La société pharmaceutique montréalaise Thérapeutique Knight est l’unique entreprise québécoise figurant sur la courte liste de six titres attrayants à acheter, selon la Lettre financière Cote 100.

« Knight est boudé des investisseurs qui auront été déçus par la vitesse à laquelle la direction a déployé l’encaisse substantielle découlant de sa venue en Bourse en 2014 », soulignent les experts de Cote 100, gestionnaire d’actifs de Saint-Bruno-de-Montarville.

« L’acquisition de Grupo Biotoscana en 2019 a cependant complètement modifié l’allure de la société, faisant d’elle une société opérante plutôt qu’une firme d’investissement dans le secteur pharmaceutique », est-il précisé dans un commentaire envoyé aux clients ce mois-ci.

« L’intégration bien entamée de cette société procure à la fois des bénéfices attrayants et un potentiel de croissance fort intéressant à long terme en Amérique du Sud. Son réseau panaméricain (excluant les États-Unis) lui fournit un avantage non négligeable qui lui permet de conclure des ententes de distribution avec les fabricants pharmaceutiques. »

Cote 100 ajoute que Knight est en « excellente » santé financière et bien positionnée pour envisager d’autres acquisitions dans un secteur « très fragmenté ».

L’acquisition de Fiera par Natixis devient de plus en plus improbable avec l’annonce mercredi de la vente du bloc d’actions de Fiera détenu par Natixis. L’analyste Nik Priebe, de la CIBC, souligne que Natixis était considérée comme le prétendant le plus logique pour Fiera dans un scénario de rachat… Le rendement du dividende de Fiera demeure par ailleurs très alléchant, à 8,4 %.

GDI est l’unique nom québécois sur la liste de 14 titres à détenir pour 2022 présentée cette semaine par iA Marché des capitaux. « Les services de conciergerie et d’entretien technique seront en forte demande dans un avenir prévisible, notamment en ce qui concerne les services liés à la ventilation, le chauffage et l’air climatisé compte tenu de l’importance grandissante de la qualité de l’air dans les bureaux, centres commerciaux, édifices gouvernementaux, arénas, etc. », souligne l’analyste Neil Linsdell.

Produits forestiers Résolu a gagné une recommandation de plus en début de semaine. Hamir Patel, de la CIBC, suggère maintenant d’acheter le titre du producteur et exportateur montréalais de bois d’œuvre. Cet analyste vient de bonifier au passage ses prévisions de prix du bois pour 2022.

Les titres québécois de Dorel et iA Groupe financier (Industrielle Alliance) ont de nouveau atteint un sommet des 52 dernières semaines à Toronto. À l’opposé, Coveo, Taiga, Hexo, Marché Goodfood, Lightspeed, Boralex, Innergex et Xebec viennent de toucher un nouveau plancher des 52 dernières semaines.

La Bourse de New York et le NASDAQ resteront fermés lundi à l’occasion du jour férié marquant l’anniversaire de Martin Luther King. Les banques, certains bureaux et les édifices gouvernementaux seront aussi fermés aux États-Unis.