(New York) Les prix du pétrole ont terminé en modeste hausse, après une séance volatile aux amplitudes augmentées par l’étroitesse des échanges, alors que les stocks américains de brut ont chuté plus que prévu, signe positif pour la demande.

Mis à jour le 29 déc. 2021
Agence France-Presse

À Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a avancé de 0,36 % à 79,23 dollars.  

En séance, le baril de Brent a franchi la barre symbolique des 80 dollars, réagissant positivement au rapport de l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA), avant de retomber temporairement.  

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois, qui a suivi la même courbe, a pris 0,76 % à 76,56 dollars.

L’EIA a annoncé une diminution de 3,6 millions de barils des réserves commerciales de brut américain, plus que prévu, témoignant d’une solide demande pour la troisième semaine consécutive.  

« Le rapport sur les stocks était constructif », a indiqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

« Le marché du pétrole continue d’être tendu à cause de la demande accrue de fioul pour remplacer le gaz naturel devenu très cher, notamment en Europe », a souligné l’analyste.

Mais, expliquant la volatilité des cours, il estime que le marché « reste à la lutte avec l’impact possible du variant Omicron sur la demande alors que projets, déplacements, voyages sont annulés et que des restrictions plus sévères sont mises en place en Europe et en Chine ».

« On comprend pourquoi les cours montent et descendent », a-t-il résumé.