(Paris) Les marchés boursiers poursuivaient une deuxième journée de hausse mardi au milieu d’une série de résultats d’entreprises qui satisfont toujours dans l’ensemble les investisseurs.  

Agence France-Presse

Les marchés européens ont terminé amplement dans le vert : Paris a avancé de 0,80 %, Londres de 0,76 % et Francfort 1,01 %.  Plus tôt, Tokyo avait aussi gagné 1,77 %.  

Vers 12 h 30, Wall Street était bien engagée pour battre de nouveaux records : l’indice vedette Dow Jones progressait de 0,15 %, l’indice élargi S & P500 de 0,35 % et l’indice technologique NASDAQ de 0,54 %.

Les résultats d’entreprises s’accumulent de part et d’autre de l’Atlantique, et le sentiment général est toujours positif.  

« C’est incroyable comment les entreprises américaines ont réussi à faire face aux défis qu’elles rencontrent », a relevé Art Hogan, responsable de la stratégie chez National Securities, « que ce soit le manque de main-d’œuvre, les approvisionnements insuffisants, la hausse des coûts… »

« Je ne sais pas si on arrivera jusqu’à la fin de la semaine prochaine sans une chute, mais pour l’instant, les investisseurs arrivent à voir les contraintes d’approvisionnement comme temporaires et l’augmentation de la demande comme le catalyseur des futurs résultats », a-t-il continué.  

Les analystes se préparent aux publications des grands noms de la technologie américaine Microsoft, Alphabet et Twitter en fin de séance avant Apple et Amazon jeudi.  

La première publication, lundi, n’a pas été encourageante pour ces géants : Facebook pâtissait (-4,04 % à 315,42 dollars) de résultats marqués par un chiffre d’affaires et un nombre d’utilisateurs en deçà des attentes.

Mais globalement, la tendance est bonne, notamment pour « les entreprises orientées sur la demande », qui bénéficient des réserves accumulées par les ménages pendant la crise sanitaire et qui sont désormais utilisées, analyse aussi Lionel Melka, responsable de l’équipe de gestion chez Homa Capital.  

Les investisseurs guettent aussi les négociations au Congrès sur le programme de réformes économiques et sociales de Joe Biden, que le président américain a « l’espoir » de pouvoir faire voter avant jeudi.  

General Electric lumineux, Lockheed Martin dans le noir 

Le conglomérat américain General Electric (GE) a annoncé mardi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes notamment grâce au redémarrage progressif de ses activités dans le secteur de l’aviation. Le titre progressait de 2,21 % à 107,55 dollars.

À l’inverse, le groupe de défense américain Lockheed Martin chutait de 11,70 % à 332,53 dollars après avoir abaissé ses prévisions de chiffre d’affaires pour l’année et dévoilé des résultats trimestriels mitigés en raison notamment d’une baisse des ventes de l’avion de combat F-35.

THG inquiète encore 

THG, ex-The Hut Group, spécialisé dans les ventes en ligne de cosmétiques et produits nutritifs, qui plonge en Bourse depuis début septembre à cause d’inquiétudes au sujet de sa gouvernance, a encore perdu 21,12 % mardi à la Bourse de Londres à 242 pence. Depuis début septembre, le titre a perdu plus de 60 % de sa valeur.

Draftkings ne parie plus sur Entain

A Londres, le groupe de paris sportifs Entain a perdu 6,32 % à 2002,00 pence après que l’américain Draftkings n’eut pas finalisé une offre de rachat à plus de 16 milliards de livres.

Du côté du pétrole, de l’euro et du bitcoin

Après une première moitié de séance européenne dans le rouge, les cours du pétrole sont repartis à la hausse mardi tant les fondamentaux -offre contenue et demande qui repart- sont forts et à même d’éclipser tout épisode baissier.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre reprenait sa hausse (+0,42 % à 86,35 dollars) vers 16 h 20 GMT.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le même mois était stable (+1,05 % à 84,64 dollars).  

L’euro s’effritait de 0,17 % par rapport au dollar, à 1,588 dollar.  

Le bitcoin reculait de 0,43 % à 62 270 dollars.