(Pékin) L’action d’Evergrande a terminé en repli lundi à la Bourse de Hong Kong, en dépit de l’annonce par le promoteur chinois ultra-endetté de la reprise de quelques chantiers immobiliers.

Agence France-Presse

Le promoteur, l’un des plus gros de Chine, traîne une ardoise estimée à 260 milliards d’euros. Sa situation financière est scrutée avec inquiétude, car son effondrement éventuel pourrait freiner la croissance du géant asiatique.

Vendredi, à la surprise des analystes, le promoteur a finalement effectué un transfert de 83,5 millions de dollars (71,8 millions d’euros) dont il aurait dû s’acquitter fin septembre pour un paiement d’intérêts.

L’entreprise, qui disposait d’un délai de grâce d’un mois, a honoré l’échéance à la veille de la date butoir qui courait jusqu’à samedi.

Et dans un communiqué publié dimanche, Evergrande a annoncé le redémarrage d’une dizaine de chantiers qui avaient été mis à l’arrêt ces dernières semaines faute de liquidités.  

La nouvelle a fait bondir lundi de plus de 4 % l’action Evergrande à l’ouverture de la Bourse de Hong Kong. Elle a toutefois terminé dans le rouge à la clôture (-0,74 %).

Ces chantiers sont situés principalement dans le sud de la Chine, une région particulièrement dynamique sur le plan économique.  

Evergrande n’a cependant pas précisé combien de projets immobiliers restaient suspendus.

Le mois dernier, des dizaines de propriétaires lésés, n’ayant pas reçu livraison de leur appartement, ainsi que des fournisseurs non payés, avaient manifesté devant le siège du groupe à Shenzhen (sud).

Malgré une tempête en septembre sur les marchés financiers, inquiets des répercussions d’une faillite potentielle, Pékin n’a toujours pas dit clairement s’il se porterait ou non au secours de l’entreprise.

Evergrande avait fait son retour jeudi à la Bourse de Hong Kong, après plus de deux semaines d’interruption.

L’action de sa filiale auto a par ailleurs gagné lundi plus de 11 % en Bourse, galvanisée par un ambitieux projet de restructuration.

Selon des informations de la presse chinoise, le patron d’Evergrande souhaite faire d’ici dix ans des véhicules électriques le cœur de métier de son groupe, à la place de l’immobilier.  

La filiale auto d’Evergrande avait pour ambition, à sa création en 2019, de révolutionner le secteur et de rivaliser avec l’américain Tesla. Elle n’a pour l’heure toujours commercialisé aucun véhicule.