(New York) La Bourse de New York a conclu en hausse mardi à l’issue d’une séance gonflée par les solides résultats d’entreprises au troisième trimestre.

Agence France-Presse

Selon des résultats définitifs, l’indice Dow Jones a terminé en hausse de 0,56 % à 35 457,31 points. Le NASDAQ, à forte concentration technologique, a grimpé de 0,71 % à 15 129,09 points.

Le S&P 500 a avancé de 0,74 % à 4519,63 points, se rapprochant de son record de début septembre.

La séance a par ailleurs été animée par l’accueil d’un nouveau produit financier à la cote, le premier fonds indiciel lié au bitcoin.

Cette cotation du fonds ETF de ProShares, basé sur des contrats à terme liés à la cryptomonnaie et autorisé pour la première fois sur la place financière new-yorkaise, représentait une étape symbolique importante pour la popularisation des actifs numériques.

BITO en hausse de 4,4 %

Introduit à 40 dollars le titre, le fonds BITO a clôturé en hausse de 4,4 % à 41,77 dollars tandis que le bitcoin a poursuivi son ascension parallèle au même rythme (+4,42 %) pour atteindre 64 056 dollars à 20 h GMT, tout proche de son record d’avril (64 870 dollars).

« Le rebond continue grâce aux résultats d’entreprises même si les taux obligataires se tendent et si les prix du pétrole grimpent », a souligné Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans se tendaient à 1,63 % contre 1,60 % alors que l’inflation se manifeste de plus en plus dans les comptes des entreprises et leurs perspectives.

L’inflation reste « le souci numéro un », a rappelé Art Hogan de National Securities, les investisseurs cherchant à voir si les hausses de coûts « vont avoir un effet délétère sur les marges de profits et les prévisions pour le prochain trimestre et le début de l’année prochaine ».

Le groupe américain de produits de grande consommation Procter & Gamble (P & G) a lâché 1,13 % à 140,73 dollars après avoir dévoilé des ventes trimestrielles dépassant les attentes mais mentionné le poids de la hausse des coûts des matières premières et des transports dans son activité.

Johnson & Johnson

Le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson (J & J) a grimpé de 2,34 % à 163,96 dollars et a tiré les titres du secteur santé à la hausse comme Merck (+3,03 % à 79,49 dollars) ou Pfizer (+1,91 % à 42,11 dollars).

J & J a revu à la hausse ses prévisions de bénéfice en 2021.

Le vaccin à dose unique contre la COVID-19 que l’entreprise vend à prix coûtant a généré 502 millions de dollars de revenus sur le trimestre.

J & J envisage un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de dollars pour son vaccin sur l’ensemble de l’année.

Le titre du groupe de services pétroliers Halliburton, en chute en séance, s’est stabilisé (+0,27 % à 26,08 dollars) après avoir présenté un chiffre d’affaires un peu inférieur aux prévisions des analystes mais un retour aux bénéfices. La compagnie prévoit une hausse de son activité à cause du « resserrement structurel et mondial du marché des matières premières », a indiqué son PDG Jeff Miller.

Netflix, qui annonçait ses résultats après la clôture, avançait de 0,54 % dans les échanges électroniques d’après séance à 642 dollars après avoir dépassé les attentes. Le service de streaming a engrangé 4,4 millions d’abonnés supplémentaires au troisième trimestre.

Le service de vidéo en ligne compte désormais 213,5 millions d’abonnements payants dans le monde, et table sur 222 millions en fin d’année.

BITO, le premier ETF lié au bitcoin autorisé à Wall Street, a de son côté fait une entrée remarquée, conviant même les dirigeants de son gestionnaire ProShares dans l’enceinte du New York Stock Exchange pour venir sonner la cloche qui symbolise l’ouverture du marché.  

« Jusque-là, c’est positif et bien accueilli par le marché. C’est de toute évidence un nouveau véhicule d’investissements qui permet de s’exposer au bitcoin », soulignait Peter Cardillo.