(New York) La Bourse de New York a terminé en baisse mardi, entraînée dans le rouge par des prises de bénéfices, avant la fin de la réunion de la Banque centrale américaine (Fed) mercredi.

Agence France-Presse

Le Dow Jones a terminé en repli de 0,24 % à 35 058,52 points, le NASDAQ de 1,21 % à 14 660,57 points et l’indice élargi S&P 500 de 0,47 % à 4401,46 points.

Les trois indices avaient terminé lundi soir sur de nouveaux records.

« Aujourd’hui, on prend ses bénéfices après un gros parcours » à la hausse, depuis le décrochage marqué du lundi 19 juillet, a expliqué Patrick O’Hare, de Briefing.com.

Autre élément de nature à freiner les indices, pour Angelos Kourkafas, de la société Edward Jones, les investisseurs « sont troublés par les mesures énergiques prises en Chine » contre des géants de la tech, qui ont fait chuter les Bourses de Shanghai et Hong Kong.

Par ailleurs, à Wall Street, beaucoup ont aussi observé le manque de soutien mardi à des valeurs qui avaient publié ces dernières heures des résultats supérieurs aux attentes, comme Tesla ou UPS.

Bien qu’ayant fait mieux qu’attendu et dégagé, pour la première fois, plus d’un milliard de dollars de bénéfices sur un trimestre (1,14 milliard), le fabricant de véhicules électriques a cédé mardi 1,95 % à 644,78 dollars.

Le groupe de messagerie UPS a lui franchement décroché, abandonnant 6,99 % à 195,19  dollars. Plutôt que le chiffre d’affaires et le bénéfice supérieurs aux anticipations, les investisseurs ont retenu les commentaires prudents des dirigeants et des revenus moins bons que prévu sur le marché américain.

Selon Patrick O’Hare, les opérateurs envisagent ainsi la possibilité que les géants de la tech, dont Apple, Alphabet (Google) et Microsoft, qui publiaient mardi après Bourse et ont une importance majeure dans les indices, ne soient victimes du même phénomène.

« La barre est clairement haute », a reconnu Angelos Kourkafas quant aux attentes vis-à-vis des poids lourds du secteur technologique et de l’internet.

Outre ces publications, Wall Street attend avec impatience la communication de la Fed mercredi et la conférence de presse de son président, Jerome Powell.

« Le marché pense qu’avec l’augmentation [des cas de] variant Delta [du coronavirus], la Fed va continuer à parler d’attendre et d’observer », a expliqué Patrick O’Hare.

Sur le plan des valeurs, la séance a une nouvelle fois été morose pour les entreprises chinoises cotées à Wall Street.

Le géant du commerce en ligne Alibaba a lâché 2,97 % à 186,07 dollars, la plateforme de mise en relation des producteurs agroalimentaires et des consommateurs Pinduoduo 10,35 % à 79,53 dollars et Tencent Music 4,78 % à 9,96 dollars.

Quant au groupe diversifié General Electric (GE), il a lui profité (+1,24 % à 13,08 dollars) de résultats trimestriels supérieurs aux attentes accompagné d’un relèvement partiel de ses prévisions.

GE reste en perte (1,2 milliard de dollars), mais a vu son chiffre d’affaires et ses marges progresser, tandis qu’il dégageait de nouveau un flux de liquidités disponibles positif.

Le groupe industriel Raytheon a relevé mardi ses prévisions de bénéfice et de chiffre d’affaires annuels, annonce qui a bénéficié au titre, en hausse de 2,64 % à 88,22  dollars.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a quant à lui avancé de 8,39 points pour terminer la séance avec 20 173,35 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 79,50 cents US, en baisse par rapport à celui de 79,69 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 26 cents US à 71,65 $ US le baril, tandis que celui du gaz naturel a perdu 14 cents US à 3,94 $ US le million de BTU.

Le prix de l’or a avancé de 60 cents US à 1799,80 $ US l’once, pendant que celui du cuivre a effacé 4 cents US à 4,54 $ US la livre.