(New York) Le Dow Jones a plongé lundi à la Bourse de New York, lesté par des investisseurs inquiets du regain des cas de COVID-19 et de son impact potentiel sur l’économie mondiale.

Agence France-Presse

Selon des résultats définitifs à la clôture, l’indice Dow Jones a perdu 2,09 % à 33 962,04 points. Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a lâché 1,06 % à 14 274,98 points et l’indice élargi S&P 500 a abandonné 1,59 % à 4258,51 points.

« Le marché s’est concentré sur les restrictions liées au coronavirus et sur ce que cela signifie pour l’activité économique », a expliqué Art Hogan, responsable de la stratégie chez National Securities.

L’analyste a cité « une accumulation de mauvaises nouvelles » ces derniers jours, entre touristes bannis du spectacle des Jeux olympiques à Tokyo et port du masque de nouveau requis à Los Angeles. « Les gens pensent que d’autres régions [des États-Unis] suivront », a-t-il averti.

« Les investisseurs ont semblé vouloir se protéger du risque » en se pressant vers les bons du Trésor notamment, soulignaient les analystes de Schwab.

Les rendements sur la dette américaine à 10 ans sont ainsi descendus à 1,19 %, leur plus faible niveau depuis février, contre 1,29 % vendredi.

Les tensions entre la Chine et les États-Unis autour des « cyberactivités malveillantes » de Pékin, selon Washington, ont aussi pesé sur l’humeur des investisseurs.

L’indice VIX qui évalue la volatilité à Wall Street, a fait un bond de presque 22 %.

Les 11 secteurs du S&P 500 ont tous conclu dans le rouge, à commencer par le secteur de l’énergie qui a lâché 3,59 % dans le sillage de la chute des prix du pétrole après un accord de l’OPEP+pour augmenter sa production tandis qu’à nouveau le marché s’interroge à court terme sur la demande. L’immobilier a perdu 1,58 %, le secteur des technologies de l’information 1,39 %.

Cette atmosphère a relégué à l’arrière-plan les bons résultats des entreprises attendus pour cette semaine chargée, avec notamment les comptes trimestriels de Netflix et United Airlines mardi, de Johnson & Johnson et Coca-Cola mercredi.

Les investisseurs ont particulièrement vendu les titres des entreprises qui pourraient être affectées par un retour des restrictions. Les compagnies aériennes ont plongé à l’instar d’United Airlines (-5,54 %) ou d’American Airlines (-4,14 %) qui en séance a même chuté de presque 7,50 %.

La plateforme de conférence vidéo en ligne Zoom, qui a annoncé dimanche un accord de rachat du spécialiste de services clientèle à travers le « nuage » Five9 pour 14,7 milliards de dollars, a perdu 2,15 % à 354,20 dollars.

Les grandes banques ont poursuivi leur baisse comme Bank of America (-2,61 %), JPMorgan Chase (-3,25 %) et Goldman Sachs (-2,76 %), malgré leurs bons résultats annoncés la semaine dernière.

Apple, dont l’action avait atteint un pic historique la semaine passée, a lâché 2,69 % à 142,45 dollars.