(New York) L’indice S&P 500, qui regroupe les 500 plus grandes entreprises cotées à Wall Street, a terminé à un sommet vendredi après des chiffres américains montrant une inflation élevée, mais conforme aux attentes.  

Agence France-Presse

Le S&P 500 est monté de 0,33 % à 4280,70 points et le Dow Jones, bien aidé par la santé boursière étincelante de Nike, a gagné 0,69 % à 34 433,84 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a en revanche baissé de 0,06 % à 14 360,39 points.

Sur la semaine, le S&P 500 est monté de 2,74 %, le Dow Jones de 3,44 % et le NASDAQ de 2,35 %.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a avancé vendredi de 15,14 points pour clôturer la séance à 20 230,26 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 81,34 cents US, en hausse par rapport à celui de 81,20 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a avancé de 74 cents US à 74,05 $ US le baril, tandis que celui de l’or a gagné 1,10 $ US à 1777,80 $ US l’once. Le prix du cuivre a quant à lui rendu 1,9 cent US à 4,29 $ US la livre.

« Les nouvelles macroéconomiques étaient de bonne facture avec une inflation au niveau prévu par le marché », note Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

L’inflation aux États-Unis a atteint 3,9 % le mois dernier, en glissement annuel, dans un contexte de forte reprise de l’économie américaine, selon les données publiées vendredi par le département du Commerce.

Cette hausse, due en grande partie à l’envolée des prix de l’énergie, n’a pas inquiété les investisseurs qui semblent moins craindre que la Banque centrale américaine (Fed) ne durcisse sa politique monétaire à court terme.  

Sur un mois, le rythme de l’inflation a même ralenti à +0,4 %, contre +0,6 % en avril.

« Le marché continue de monter et je crois que cela devrait continuer dans les prochains jours », prédit M. Cardillo. « Mais je pense qu’il y a aussi un peu trop d’autosatisfaction et qu’on pourrait bientôt voir un repli. »

L’indice Dow Jones a également été porté vendredi par la très forte hausse de l’action Nike (+15,53 %), qui a fait part la veille d’un solide chiffre d’affaires trimestriel (mars à mai) en Amérique du Nord grâce à la reprise des activités sportives et à la progression continue des ventes en ligne.  

Parmi les autres valeurs du jour, FedEx a chuté de 3,63 % malgré des résultats meilleurs que prévu, mais visiblement pas suffisants aux yeux de Wall Street. Le groupe américain de transport de lettres et de colis a aussi évoqué des difficultés à embaucher pour répondre à la demande.

Virgin Galactic (+38,87 %) a décollé après avoir reçu l’autorisation de faire voler des clients dans l’espace, de la part de l’agence américaine du transport aérien, qui donne ainsi officiellement son feu vert au tourisme spatial.

Les grandes banques américaines, comme Wells Fargo (+2,66 %), Bank of America (+1,93 %) et Morgan Stanley (+1,52 %) ont fini dans le vert après avoir réussi haut la main jeudi des tests de résistance organisés par la Fed, qui a en conséquence levé des restrictions imposées pendant la pandémie sur les versements de dividendes et de rachats d’actions.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en hausse à 1,53 % vendredi après-midi, contre 1,49 % jeudi soir.

avec La Presse Canadienne