(Paris) Les Bourses européennes ont entamé le mois de juin en haute altitude, continuant de profiter des perspectives positives pour l’économie mondiale, après l’amélioration de l’activité manufacturière des deux côtés de l’Atlantique.

Agence France-Presse

L’optimisme a été unanime sur le Vieux Continent. À Francfort, le Dax a terminé sur un nouveau record à la clôture, en gagnant 0,95 % à 15 567,36 points. Paris a pris 0,66 % après avoir un nouveau sommet en séance, Londres a gagné 0,82 % et Milan 0,60 %.

À l’heure de la clôture européenne, les indices américains se montraient précautionneux : le Dow Jones avançait de 0,09 %, le NASDAQ lâchait 0,12 % et le S&P 500 cédait 0,11 % après avoir ouvert en hausse au sortir d’un week-end prolongé.

« L’industrie manufacturière de la zone euro croît plus rapidement que jamais. Cette évolution, couplée à des taux d’intérêt bas et à une forte reprise des bénéfices, fait que les actions à un niveau élevé continuent de paraître attractives », résume Jochen Stanzl, analyste à CMC Markets.

Les investisseurs avaient en effet de quoi se réjouir, entre la légère accélération de l’activité manufacturière en Chine au mois de mai, son fort rebond en France sur la même période ou encore l’indice ISM de l’activité manufacturière aux États-Unis, ressorti meilleur que prévu.

Revers de la médaille, après la diffusion de ces statistiques, les rendements des emprunts américains à long terme sont repartis significativement à la hausse après leur accalmie des deux dernières semaines. Vers 13 h, le taux américain à dix ans réduisait toutefois sa progression à 1,61 % contre 1,58 % à la dernière clôture.

La question du pétrole a également animé la séance. Les membres de l’OPEP+ ont décidé mardi de se conformer à la politique d’augmentation progressive de la production d’or noir d’ici juillet, sans prendre de décision pour le mois d’août ni aborder la question iranienne.

Les cours ont fortement progressé après cette annonce : les prix du pétrole ont atteint leur plus haut niveau depuis plus de deux ans.

L’automobile tire les indices vers le haut

Volkswagen a grimpé de 3,06 % à 235,40 euros : une transaction pourrait être annoncée d’ici la fin de semaine entre le groupe automobile et son ex-patron Martin Winterkorn, à qui le groupe réclame un milliard d’euros de dommages et intérêts dans la lignée du scandale des moteurs diesel truqués, avancent plusieurs médias. Le montant final sera très nettement inférieur et couvert pour l’essentiel par les assurances.

Le constructeur automobile pourrait aussi viser une introduction en Bourse des activités autour de la fabrication de cellules à batteries électriques, a indiqué mardi un responsable au quotidien Handelsblatt.

Les autres valeurs automobiles comme BMW (+2,66 % à 89,01 euros) et Continental (+3,67 % à 125,34 euros) ont suivi.

Fin de litige entre Daimler et Nokia

Le constructeur automobile Daimler (+2,56 % à 78,12 euros) et l’équipementier télécoms Nokia (+0,11 %) ont annoncé mardi un accord mettant fin à un litige autour de la propriété intellectuelle de certaines technologies de connectivité mobile utilisées dans les voitures du fabricant des Mercedes-Benz.

Les matières premières à la fête

Les valeurs minières et pétrolières ont été portées par la progression des cours du brut.

À Londres, Royal Dutch Shell (action « B ») a gagné 1,81 % à 1306,80 pence. Son concurrent BP a pris 2,81 % à 314,75 pence.  

À Paris, TotalEnergies (+2,41 % à 38,82 euros) a terminé en haut du CAC 40 juste devant ArcelorMittal (+2,40 % à 27,54 euros).

Poussée du pétrole

Les cours du brut ont évolué dans le vert tout au long de la journée. Vers 17 h GMT, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août avançait de 1,20 % à 70,15 dollars à Londres par rapport à la clôture de lundi.  

À New York, le baril de WTI pour livraison en juillet gagnait 1,99 % à 67,64 dollars, ayant même renoué plus tôt à un prix inédit depuis octobre 2018.

L’euro se stabilisait (+0,02 %) face au dollar, à 1,2229 dollar.

De son côté, le bitcoin repartait à la baisse (-2,05 %), s’échangeant autour de 35 928 dollars.