(Londres) Les cours du pétrole étaient en baisse lundi, préoccupés comme la semaine passée par le nombre de contaminations à la COVID-19 en Inde, moteur pour la demande de brut, tandis que les membres de l’OPEP+ se réunissent mercredi.

Agence France-Presse

Vers 5 h 50, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 65,02 dollars à Londres, en baisse de 1,65 % par rapport à la clôture de vendredi.

À New York, le baril américain de WTI pour le même mois perdait 1,61 %, à 61,14 dollars.

Les prix du brut reculent de nouveau lundi « de peur que l’Inde n’impose des restrictions encore plus drastiques », a souligné Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures.

L’Inde a recensé dimanche près de 350 000 nouvelles contaminations au coronavirus sur 24 heures, un record mondial, et les autorités locales ont décidé de prolonger d’une semaine le confinement dans la capitale New Delhi.

« Le gouvernement n’ayant pas imposé de confinement national mais plutôt des restrictions régionales, cela limite l’impact sur la demande de pétrole, du moins pour l’instant », ont expliqué les analystes d’ING.

Cette situation « sera probablement abordée par les ministres de l’OPEP “lors de leur réunion de mercredi », ont-ils repris.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés de l’OPEP+ se retrouvent pour deux réunions mercredi, dont un sommet ministériel, à peine quatre semaines après le précédent.

L’alliance avait alors décidé d’augmenter son niveau actuel de production de 350 000 barils par jour, en mai puis en juin, et de 450 000 barils par jour en juillet.

« Nous ne pensons pas que le groupe s’écartera de sa politique de limitation de la production », ont ajouté les analystes d’ING.

Cette réunion « devrait être un non-évènement », a même osé Jeffrey Halley, analyste de Oanda.