Cette semaine, l’action de BlackBerry a grimpé de 48 %. Celle de GameStop, distributeur américain de jeux vidéo pourtant en difficulté, est passée depuis le début de 2021 de 17,25 $ US à 347,50 $ US. Les deux entreprises n’avaient rien à annoncer. Elles se sont tout simplement retrouvées au cœur d’un phénomène qui a pris une ampleur inédite, la mobilisation de petits investisseurs dans des réseaux sociaux comme Reddit et TikTok. Quatre mots pour comprendre.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

WallStreetBets

Au dernier décompte, ce forum du réseau social Reddit comptait 2,5 millions de membres, un nombre qui a doublé depuis un an. Comme son nom l’indique, on y spécule essentiellement sur les actions en Bourse qui pourraient prendre de la valeur. L’importance numérique de ce forum est toutefois assez grande pour que les mots d’ordre aient une réelle influence sur les cours boursiers. En 2020, plusieurs entreprises, notamment Hertz, AMD, Nio et Tesla, ont vu la valeur de leur action grimper à la suite de recommandations de spéculateurs sur WallStreetBets. GameSpot, BlackBerry, AMC et même le fabricant de bonbons Tootsie Roll Industries en sont les plus récents exemples.

Dans une moindre mesure, on retrouve le même phénomène à l’œuvre dans d’autres plateformes comme TikTok et YouTube, où des influenceurs recommandent l’achat d’actions prometteuses. C’est essentiellement ce qui a poussé l’action de BlackBerry à la hausse cette semaine, alors qu’on estimait que l’entreprise canadienne, autrefois dominante, pouvait encore jouer un rôle important et était sous-évaluée.

Pandémie

La tentation de la spéculation et des transactions boursières impulsives est loin d’être une nouveauté. Mais il semble que la pandémie de COVID-19, avec ses pertes d’emploi, la chute des marchés boursiers le printemps dernier, les occasions plus rares de dépenser et la présence à domicile de millions de personnes, ait donné une impulsion à cette tendance. « Vous êtes chez vous, vous n’avez rien à faire, peu à perdre si vous êtes un étudiant qui habite chez ses parents… Le nombre de nouveaux investisseurs qui n’avaient jamais rien acheté à la Bourse a explosé en 2020 », estime Mo Chaudhury, professeur de finance à l’Université McGill.

Des applications gratuites comme Robinhood et les plateformes de négociation sans commission, de plus en plus populaires, y ont également contribué, note-t-il. Robinhood, par exemple, est une réelle « révolution » qui permet notamment de fractionner des actions, comme on le fait déjà avec le bitcoin. « Les petits investisseurs qui ne pouvaient pas acheter des actions coûteuses peuvent maintenant le faire, sans frais de transaction. C’est un game changer. »

PHOTO PATRICK SISON, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Robinhood est une réelle « révolution » qui permet notamment de fractionner des actions.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux spéculateurs amateurs rapportent leurs bons coups, notamment un contributeur de Reddit appelé DeepF-----gValue qui assure avoir fait 11 millions US de profit en moins de deux mois. En réalité, cette stratégie spéculative où on achète et vend rapidement des actions est très risquée et fait son lot de perdants.

« Comme pour n’importe quoi dans la vie, il y a très peu de raccourcis, résume Lisa Kramer, professeure de finance à l’Université de Toronto, citée par La Presse Canadienne. Les gens, généralement, sur les réseaux sociaux, mettent en valeur leurs succès. Il est possible qu’ils ne soient pas aussi éloquents sur l’investissement qui n’a pas fonctionné si bien pour eux. »

Militantisme

L’exemple de GameStop aux États-Unis apporte une nouvelle dimension.

À la spéculation s’est ajoutée une mobilisation contre une opération financière visant le distributeur de jeux vidéo GameStop, appelée vente à découvert ou short selling en anglais. Essentiellement, l’entreprise a été ciblée par plusieurs firmes d’investissement, qui ont misé sur une baisse de la valeur de ses actions. Une véritable armée de petits investisseurs sur Reddit, attachés à la marque, et d’autres simplement alléchés par un gain rapide, a décidé à la mi-janvier de contrer cette opération en achetant massivement des actions de GameStop, provoquant la hausse de leur valeur. Par un effet boule de neige, les instigateurs de ces ventes à découvert ont eux-mêmes dû racheter des actions pour ne pas aggraver leurs pertes. Mercredi, deux firmes impliquées dans l’opération, Citron Research et Melvin Capital, ont annoncé à l’Associated Press qu’elles baissaient pavillon et laissaient tomber les transactions liées à la vente à découvert. Elles n’ont pas dévoilé le montant de leurs pertes.

Cette mobilisation à travers les réseaux sociaux est une nouveauté pour le professeur Chaudhury. « On avait déjà vu de la frénésie boursière provoquée par des rumeurs sur les produits, des scandales ou des informations financières cachées. Ce qui est nouveau, c’est que les investisseurs se lancent maintenant sur un titre sans rumeurs, sans recommandations d’analystes, simplement avec la perception que s’ils sont assez nombreux, le titre va grimper. »

Bulle

Ces mouvements de masse d’investisseurs fouettés par des mots d’ordre sur les réseaux sociaux inquiètent évidemment les investisseurs institutionnels et les marchés boursiers. Certaines plateformes transactionnelles, note Mo Chaudhury, ont déjà resserré les règles pour l’achat et la vente d’actions. « Elles ne veulent plus prêter à de petits investisseurs, car il y a eu trop de défauts de paiement. »

À terme, par ailleurs, il est probable que la valeur d’actions gonflées par ces mobilisations retombe. « Ce sont des bulles, c’est la définition classique d’une bulle, martèle le professeur de finance. Beaucoup de ces petits investisseurs ne connaissent pas les règles de base. Il n’y a absolument rien dans GameStop ou dans AMC qui peut justifier la valeur de leur action. »

L’autre aspect frappant, c’est le militantisme associé aux transactions boursières et les dénonciations sur des réseaux sociaux de l’establishment, notamment de Wall Street et des firmes d’investissement. Celles qui utilisent des méthodes comme la vente à découvert sont décrites comme des « requins », voire pire. Elon Musk, PDG de Tesla, est d’ailleurs un des critiques les plus virulents de ces investisseurs qu’il a promis à plusieurs reprises de « brûler ». « La vente à découvert est légitime, estime cependant Mo Chaudhury. Ses utilisateurs jouent un rôle important dans le système : ils contribuent à faire descendre le cours d’actions surévaluées. Mais dans cet univers, tout le monde est un requin. Quand vous flairez l’odeur du sang, vous sautez sur la proie. »

Pour mieux comprendre

Vente à découvert

Le short selling, en anglais, est un concept un peu déroutant. Essentiellement, la vente à découvert consiste à vendre des actions que l’on ne possède pas, mais qui ont été prêtées par un courtier à un moment précis. L’acheteur espère « fermer » la transaction en rachetant le même nombre d’actions que celui accordé au moment du prêt, mais à un prix plus bas. La différence constitue un bénéfice pour l’acheteur. Si le prix augmente, celui-ci doit acheter l’action plus cher et perd de l’argent.

Reddit

Alors que la plupart des réseaux sociaux regorgent de vidéos et d’outils interactifs alléchants, Reddit ressemble à un restant de l’internet des années 1990 avec des milliards de messages souvent textuels. La formule a manifestement ses adeptes, qui seraient 430 millions au dernier décompte. Ils fréquentent quelque 2,2 millions de forums appelés subreddits, ce qui en fait le sixième réseau social en importance aux États-Unis. Essentiellement, la plateforme utilise un système de votes pour faire monter ou descendre les publications, le tout étant contrôlé par des modérateurs bénévoles.

GameStop

L’entreprise est plus connue au Québec sous son enseigne EBGames. Présente dans 10 pays, elle regroupe plus de 5500 points de vente et est considérée comme le plus grand détaillant au monde pour les jeux vidéo et l’équipement qui y est associé. Elle a rapporté à ses derniers états financiers des revenus de 1,004 milliard US pour son troisième trimestre, en baisse de 30,2 % par rapport à 2019. Criblée de dettes, elle est en difficulté depuis 2018, alors qu’elle a commencé à se départir de ses points de vente.