À l’instar de Nuvei, Guru et Haivision en 2020, d’autres entreprises d’ici ou dirigées par des gens d’ici feront le saut en Bourse cette année ou pourraient le faire sur un horizon à court terme (d’ici deux ou trois ans). Outre Lion Électrique, dont les actions commenceront à s’échanger plus tard cet hiver, voici sept autres sociétés à garder sur son écran radar.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Eddyfi

Siège social : Québec

Activités : fournisseur de sondes, appareils et logiciels pour l’inspection de composantes critiques dans les secteurs de l’énergie, des mines et de l’aérospatiale.

Année de fondation : 2009

Nombre d’employés : +1000

PDG : Pierre-Hughes Allard

PHOTO ÉRICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Pierre-Hugues Allard, PDG d’Eddyfi

Si vous n’avez pas encore entendu parler de cette jeune entreprise québécoise du secteur technologique, vous risquez d’apprendre à la connaître au cours de l’année qui débute. Eddyfi n’a pas dévoilé ses intentions, mais c’est un secret de Polichinelle dans les cercles financiers de Québec inc. qu’un premier appel public à l’épargne est sérieusement considéré. L’entreprise compte plus de 1000 employés qui servent des clients dans plus de 110 pays. ExxonMobil, Chevron, BP, Petrobas, GE, Dassault Aviation, Candu et SpaceX sont tous des clients d’Eddyfi.

AppDirect

Siège social : San Francisco

Activités : plateforme de commerce infonuagique

Année de fondation : 2009

Nombre d’employés : 750

PDG : Nicolas Desmarais et Daniel Saks

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Nicolas Desmarais et Daniel Saks, co-PDG d’AppDirect, en 2014

Le chiffre d’affaires se compte déjà en centaines de millions et la valeur de l’entreprise serait de plusieurs milliards. En entrevue avec La Presse le mois dernier, le co-PDG Daniel Saks affirmait qu’AppDirect aspire à devenir le plus important premier appel public à l’épargne de l’histoire au Canada dans le secteur technologique. Montréal est la ville qui bénéfice le plus de la croissance de l’entreprise et il n’est pas impossible que le siège social déménage un jour dans la métropole. Tout comme Shopify et Lightspeed, AppDirect est une plateforme de commerce. La différence est qu’au lieu de vendre des biens physiques, les marchands clients d’AppDirect vendent des services technologiques.

Sonder

Siège social : San Francisco

Activités : plateforme de location de logements

Année de fondation : 2012

Nombre d’employés : +1000

PDG : Francis Davidson

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Martin Picard, cofondateur de la firme Sonder

Cette entreprise techno-immobilière fondée à Montréal est dirigée de San Francisco depuis quatre ans. La direction vient toutefois d’annoncer dans les dernières semaines la création d’un siège social canadien à Montréal avec la création de plus de 700 postes dans la métropole, où elle compte déjà quelque 150 employés. Sonder possède des immeubles, mais son modèle d’affaires consiste à signer des baux à long terme en tant que locataire principal ou unique d’un édifice avec des propriétaires immobiliers pour ensuite louer les espaces pour des séjours à durée variable. Selon les plus récentes données disponibles, Sonder vaut près de 1,5 milliard US et prévoit de générer des revenus de 1 milliard l’an prochain.

AlayaCare

Siège social : Montréal

Activités : fournisseur de logiciels de soins à domicile

Année de fondation : 2014

Nombre d’employés : +250

PDG : Adrian Schauer

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Adrian Schauer, PDG d’AlayaCare

La plateforme infonuagique d’AlayaCare permet notamment la surveillance de patients à distance. Elle positionne l’entreprise pour contribuer à redéfinir la relation entre le médecin et ses patients, et les soins de santé à domicile. Investissement Québec, la Caisse de dépôt et placement du Québec, et Inovia Capital sont d’importants investisseurs dans cette entreprise.

Hopper

Siège social : Montréal

Activités : application de réservations de billets d’avion

Année de fondation : 2007

Nombre d’employés : +400

PDG : Frédéric Lalonde

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Frédéric Lalonde, PDG de Hopper

Même avec la crise sanitaire qui sévit, le fondateur et PDG se disait confiant cet automne de voir Hopper enregistrer une croissance de 100 % de ses revenus pour 2020. « Parce qu’on a fait des choix qui nous permettent de durer », disait Frédéric Lalonde au chroniqueur de La Presse Jean-Philippe Décarie. Hopper offre aujourd’hui davantage que la réservation de billets. L’entreprise a développé des produits financiers de protection pour voyageurs. Ces produits font en sorte que Hopper peut aussi être perçue comme une fintech (une entreprise de technologie financière). Selon les plus récentes évaluations, Hopper vaudrait au moins 1 milliard.

Dialogue

Siège social : Montréal

Activités : télémédecine

Année de fondation : 2016

Nombre d’employés : +380

PDG : Chérif Habib

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Chérif Habib, PDG de Dialogue

L’entreprise de soins virtuels se voit comme un consolidateur dans son industrie. Dialogue a d’ailleurs réalisé en 2020 la plus grosse acquisition de sa jeune histoire en achetant Optima Santé Globale. La direction a sérieusement envisagé l’automne dernier de faire le saut en Bourse et la question sera de nouveau analysée en 2021. La direction évalue le marché de la télémédecine à 2 milliards au Canada. MindBeacon, une entreprise ontarienne de télémédecine, a fait une entrée remarquée et réussie le mois dernier à la Bourse de Toronto. La Financière Sun Life, White Star Capital et la Caisse de dépôt et placement du Québec sont d’importants actionnaires de Dialogue.

Coveo

Siège social : Québec

Activités : intelligence artificielle

Année de fondation : 2005

Nombre d’employés : +500

PDG : Louis Têtu

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Louis Têtu, PDG de Coveo

Difficile de faire confirmer que Coveo est prête à se lancer en Bourse dès maintenant et de savoir à quel point elle a véritablement l’intention de le faire à court terme. L’année 2022 est peut-être plus probable. Coveo met à profit l’intelligence artificielle pour développer des solutions visant à améliorer l’efficacité en entreprise et dans le commerce électronique. Les plus récentes évaluations lui accordent une valeur de près de 1,5 milliard.