Le secteur des transports est souvent considéré en Bourse comme l’un des principaux baromètres de la conjoncture économique.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

C’est pourquoi les deux plus gros transporteurs de marchandises cotés à la Bourse de Toronto, le Canadien National (CN) et le Canadien Pacifique (CP), attirent l’attention des investisseurs avec leurs résultats de fin d’exercice 2019, ainsi que la mise à jour de leurs perspectives d’affaires pour les prochains trimestres de l’année 2020.

Ces mises à jour sont attendues mardi au CN, qui pèse 87 milliards en Bourse, et mercredi chez le CP, dont la valeur boursière vient de franchir les 46 milliards.

À quoi s’attendre, de l’avis d’analystes spécialisés dans les transports ?

Chez Desjardins Marchés des capitaux, l’analyste Benoit Poirier note dans un récent préavis sur le CN et le CP que « les volumes ferroviaires au quatrième trimestre ont été affectés par les faiblesses dans certains marchés (transport intermodal, bois d’œuvre, potasse), et la situation au CN a été exacerbée par la grève de huit jours. »

Quant aux perspectives pour 2020, l’analyste considère qu’en dépit de « volumes ferroviaires améliorés en fin d’année 2019 et au début de 2020, il subsiste une certaine incertitude sur les marchés clés. »

Chez la Financière Banque Nationale, l’analyste Cameron Doerksen s’attend aussi à ce que les résultats du CN au 4e trimestre aient été « fortement touchés par la grève », et même si « les données récentes suggèrent  que les opérations sont  largement revenues à la normale. » Quant au CP, l’analyste apprécie que « sa performance opérationnelle continue d’impressionner, avec des opportunités de croissance des revenus grâce à des gains de parts de marché. »

Néanmoins, avertit  M. Doerksen, « comme pour le CN, je demeure prudence sur l’évolution des volumes ferroviaires à court terme. »

Résultats attendus

Au Canadien National, le consensus parmi les analystes sondés par la firme d’informations financières Refinitiv pointe vers des résultats de 4e trimestre en recul prononcé sur un an : bénéfice net en repli de 23 % autour de 875 millions, revenus abaissés de 7 % aux environs de 3,52 milliards.

En conséquence, les analystes ont revu à la baisse leurs prévisions de résultats pour tout l’exercice 2019. Le bénéfice net est pressenti en baisse de 3 % aux environs de 4,16 milliards, ce qui serait un deuxième exercice consécutif de recul du bénéfice net au CN.   Les revenus totaux pour 2019 sont attendus en croissance affaiblie à 3,5 %, aux environs de 14,86 milliards.

Quant aux perspectives pour le nouvel exercice 2020, les analystes anticipent une nette reprise de la croissance de son bénéfice net, de l’ordre de 7 % aux environs de 4,45 milliards. Pour y parvenir, ils s’attendent à ce que le CN rehausse la croissance de ses revenus totaux de l’ordre de 5 %, aux environs de 15,7 milliards.

> Consultez le profil boursier du CN

Au Canadien Pacifique, les analystes sondés par Refinitiv anticipent un bénéfice net de 4e trimestre 2019 en progression de 17 % aux environs de 642 millions. Et ce, en dépit de revenus trimestriels en croissance minime de l’ordre de 0,6 %, tout juste au seuil des 2 milliards.

Pour tout l’exercice 2019, les analystes anticipent aussi au CP une bonne progression du bénéfice net – de l’ordre de 18 % aux environs de 2,3 milliards – qui devrait découler de revenus attendus en croissance de 6 % aux environs de 7,76 milliards.

Quant aux perspectives pour le nouvel exercice 2020, les analystes anticipent au CP une continuité de croissance des revenus de 6 % aux environs de 8,23 milliards, mais une décélération de croissance du bénéfice net : de l’ordre de 8 % aux environs de 2,48 milliards.

> Consultez le profil boursier CP