(New York, Toronto) La Bourse de New York a terminé jeudi en reprenant des couleurs, tirée par un rebond de la technologie et la croissance du troisième trimestre, après la journée noire de la veille.

Agence France-Presse, La Presse Canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a terminé en hausse de 0,52 % à 26 659,11 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a gagné 1,64 % à 11 185,59 points.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a gagné 84,13 points pour terminer la séance avec 15 670,70 points.

L’indice élargi S&P 500 a aussi avancé de 1,19 % à 3310,11 points.

Les grands indices new-yorkais se sont repris dès le matin à la faveur notamment du retour de la croissance aux États-Unis avec le rebond du Produit intérieur brut au 3e trimestre.  

La veille, la Bourse de New York avait accusé sa plus forte chute depuis juin, minée par l’impact probable sur l’économie de la deuxième vague de COVID-19 et des nouvelles mesures de confinement annoncées en Europe : le Dow Jones était tombé de 3,43 % et le NASDAQ de 3,73 %.

Le PIB américain s’est redressé de 33,1 % en rythme annualisé entre juillet et septembre après une chute de 31,4 % au 2e trimestre, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée jeudi.

Néanmoins pour Patrick O’Hare de Briefing, ce rapport sur le PIB n’a pas provoqué de véritable électrochoc à la Bourse new-yorkaise, car les investisseurs avaient anticipé cette forte hausse et ils continuent de s’attendre à des turbulences dans les prochains mois.

« Il n’y a pas de plan de relance aux États-Unis, il y a l’incertitude liée à l’élection présidentielle (américaine, NDLR), il y a une flambée des cas de contaminations au coronavirus et de nouveaux efforts des autorités pour limiter la propagation via des mesures de confinement ou de fermetures ciblées », énumère l’expert.

La technologie soutenue par les résultats

Les grands noms de la technologie ont été recherchés en séance, comme Apple (+3,71 %) ou Facebook (+4,92 %), dans l’attente de la publication de leurs résultats juste après la clôture.

Alphabet (maison mère de Google) qui a terminé en hausse de 3,34 % doublait la mise dans les échanges électroniques après la fermeture (+6,10 %), le groupe ayant annoncé un bénéfice trimestriel de 11,2 milliards de dollars, supérieur aux attentes.

Le géant du commerce en ligne Amazon en revanche, a terminé en modeste hausse de 1,52 % avant de lâcher autant dans les échanges après la clôture malgré le triplement de son bénéfice au 3e trimestre grâce à la pandémie.

Twitter, porté à +8,04 % en clôture, chutait de 10 % après la fermeture et l’annonce d’une hausse plus faible que prévu du nombre de ses usagers quotidiens.

La plateforme de photos Pinterest, dont les résultats ont largement dépassé les attentes, a grimpé de 26,92 %.

Parmi les autres valeurs du jour, Moderna montait de 8,43 %. La biotech américaine a indiqué avoir reçu au troisième trimestre 1,1 milliard de dollars de dépôts pour son vaccin contre la COVID-19, encore en phase d’essai clinique, mais dont elle « prépare activement » le lancement.

L’action du fabricant de semi-conducteurs Inphi (+26,70 %) s’envolait après l’annonce de son rachat par son rival Marvell Techology (-3,34 %).

Le VIX, surnommé indice de la peur, qui mesure la volatilité de la Bourse new-yorkaise, a baissé (-6,68 %) à 37,59 points après un pic en quatre mois la veille, suggérant que les courtiers et les investisseurs étaient légèrement moins inquiets que mercredi.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 74,91 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 75,18 cents US de la veille.