(New York, Toronto) La Bourse de New York a terminé en légère hausse jeudi, aidée par une salve de résultats d’entreprises globalement positifs, mais continue d’attendre le vote d’un deuxième plan de relance aux États-Unis, à moins de deux semaines de l’élection présidentielle.

Agence France-Presse, La Presse Canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a pris 0,55 % à 28 363,66 points.

La Bourse de Toronto a aussi clôturé en hausse jeudi, soutenue par les gains de ses secteurs de l’énergie et la publication de solides résultats trimestriels dans le secteur des télécommunications.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 49,13 points pour terminer la séance avec 16 279,36 points.

« Le secteur de l’énergie se redresse aujourd’hui, après que les prix du brut ont baissé ces derniers jours, et (le président russe Vladimir) Poutine a annoncé qu’il pourrait choisir de ne pas augmenter sa production, ce qui a également aidé », a observé Scott Guitard, vice-président principal et gestionnaire de portefeuille chez Fiduciary Trust Canada.

Les négociations au sujet d’un programme de relance ont de nouveau suscité l’intérêt des investisseurs au sud de la frontière.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a de nouveau suggéré qu’un accord était près de voir le jour, même si elle a affirmé qu’il faudrait un peu plus de temps pour rédiger un projet de loi. En outre, les sénateurs républicains ne soutiendraient pas un vaste programme d’aide.

Pourtant, M. Guitard a estimé qu’il ne faisait aucun doute qu’un projet de loi sur la relance s’en venait.

« C’est plus une question de « quand », mais cette fois, le « quand » est important », a-t-il fait valoir lors d’une entrevue.

Les chiffres hebdomadaires sur les demandes de prestations d’assurance-emploi aux États-Unis continuent se s’améliorer, mais ils restent « assez extrêmes », a fait valoir M. Guitard.

Les nouvelles demandes ont reculé à 787 000 la semaine dernière, retraitant sous la barre des 800 000 pour la première fois depuis mars.

« Plusieurs individus ont besoin de voir ce projet de loi être adopté pour payer leurs factures dans les prochains mois », a noté M. Guitard.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 49,13 points pour terminer la séance avec 16 279,36 points.

Le secteur des télécommunications a dominé le marché, gagnant 4,2 %, alors que les titres de Rogers Communications et Corus Communications ont bondi de 11,6 % et 7,6 % respectivement. Les deux sociétés ont affiché des résultats trimestriels supérieurs aux attentes des analystes.

Le groupe de l’énergie a grimpé de 4,1 %, soutenu par la hausse des prix du pétrole brut.

NASDAQ en hausse

L’indice NASDAQ, à forte coloration technologique est monté de 0,19 % à 11 506,01 points et l’indice élargi S&P 500 a gagné 0,52 % 3453,49 points.

Pour Gregori Volokhine, président de Meeschaert Financial Services, les discussions entre démocrates et républicains au sujet du deuxième volet d’aides budgétaires pour les entreprises et ménages américains sont comparables au « jeu des chaises musicales. »

« Personne n’a envie d’être tenu pour responsable de l’échec des négociations alors que tout le monde est convaincu que ce n’est pas possible d’arriver à un accord avant les élections » du 3 novembre, note l’expert.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’est malgré tout montrée optimiste jeudi matin et s’est de nouveau entretenue avec le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

Les acteurs du marché suivront dans la soirée le dernier débat présidentiel entre Donald Trump et son adversaire démocrate Joe Biden, actuellement en tête dans les sondages.

Les investisseurs ont par ailleurs bien accueilli plusieurs résultats d’entreprises cotées sur la place new-yorkaise.

Même si son chiffre d’affaires a baissé de 9 % entre juillet et septembre, Coca-Cola a fait mieux que prévu et a vu son titre, membre du Dow Jones, monter de 1,38 %.

Malgré des pertes trimestrielles de plusieurs milliards de dollars, les actions American Airlines (+3,18 %) et Southwest (+5,25 %) ont progressé alors que les deux compagnies aériennes ont laissé entrevoir de légères améliorations du côté de la demande d’ici à la fin de l’année.

Le groupe américain de produits d’hygiène de grande consommation Kimberly-Clark a en revanche reculé à Wall Street (-6,93 %), pénalisé par des profits décevants.

Tesla (+0,75 %), qui a publié ses résultats mercredi après la clôture du marché, a dégagé des bénéfices pour le cinquième trimestre d’affilée, faisant fi de la pandémie et de la récession.

Parmi les autres valeurs du jour, Goldman Sachs (+1,23 %) est monté alors qu’une filiale de la banque d’investissement a plaidé coupable pour son rôle controversé dans le vaste scandale de corruption du fonds souverain 1MDB, une première dans l’histoire de la prestigieuse firme, qui va également payer près de 3 milliards de dollars pour clore les enquêtes américaines.

Au rang des indicateurs, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont reparties à la baisse aux États-Unis, reculant bien plus que prévu, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

Entre le 11 et le 17 octobre, 787 000 personnes se sont inscrites au chômage, quand les analystes en attendaient 860 000.