(New York) Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi, au lendemain d’une poussée déjà notable, les investisseurs se montrant plutôt optimistes sur les orientations des principaux pays exportateurs, dont les ministres se sont réunis par visioconférence.

Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a fini à 43,30 dollars à Londres, en hausse de 2,56 % par rapport à la clôture de mercredi.

À New York, le baril américain de WTI pour octobre a gagné 2,02 % à 40,97 dollars.

Mercredi, les deux cours de référence avaient engrangé plus de 4 %, portés par une baisse inattendue des stocks de brut aux États-Unis et par les perturbations de l’offre dans le Golfe du Mexique causées par l’ouragan Sally.

Les prix du pétrole « ont fluctué lors de la visioconférence de l’OPEP », a constaté Edward Moya, analyste pour Oanda, en référence à la réunion ministérielle désormais mensuelle de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés, réunis au sein de l’OPEP+, qui s’est déroulée à distance et à huis clos.

Les déclarations publiques et introductives, notamment celle du ministre saoudien de l’Énergie, « n’ont d’abord pas permis d’apaiser les craintes que font peser les tricheurs », ces pays qui ne respectent pas leurs quotas de production, a ajouté M. Moya.

« La conformité pleine et entière n’est pas un acte de charité, elle fait partie intégrante de notre effort collectif », a en effet insisté le ministre saoudien de l’Énergie Abdel Aziz ben Salmane, chef de file du cartel.

Deux mauvais élèves, le Nigeria et l’Irak, sont régulièrement dans le collimateur de l’Organisation et accusés de dépasser les niveaux de production qui leur sont assignés.

Les cours des deux barils de référence ont ensuite opté pour la hausse, les investisseurs estimant que l’OPEP+ pourrait ouvrir la porte à un durcissement de son action « si une deuxième vague frappe et que la situation s’aggrave » sur le marché de l’or noir, a complété l’analyste de Oanda.

« Dans l’environnement actuel, le Comité de suivi de l’accord des principaux pays exportateurs a souligné l’importance d’être proactif et préventif et a recommandé aux pays membres d’être prêts à prendre des mesures additionnelles si nécessaire », indique un communiqué publié par l’OPEP.