(New York) Les cours du pétrole ont progressé mardi, portés par une demande revue à la hausse par l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) en 2021 et par de bons chiffres économiques aux États-Unis.

Agence France-Presse

Le baril de WTI pour le mois de juillet a gagné 3,4 % ou 1,26 dollar par rapport à la clôture de lundi, à 38,38 dollars.  

Celui de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé à 40,96 dollars à Londres, soit une hausse de 3,1 % ou 1,24 dollar.

Dans son rapport mensuel publié mardi, l’AIE anticipe un fort rebond de la demande pétrolière mondiale l’an prochain, limité cependant par les difficultés du secteur de l’aviation.

Dans ses premières prévisions pour 2021, elle envisage un bond inédit de 5,7 millions de barils par jour (mbj) de la demande mondiale par rapport à 2020, année marquée par la pandémie de COVID-19.

À 97,4 mbj, la demande resterait toutefois toujours 2,4 mbj au-dessous du niveau de 2019, « essentiellement en raison de la faiblesse actuelle de la demande pour le carburéacteur et le kérosène », estime l’AIE.

« Le rapport suggère que même si la destruction de la demande est historique, ce n’est pas aussi catastrophique qu’attendu », résume Phil Flynn de Price Futures Group.

« De plus, si les réserves des pays de l’OCDE sont à des niveaux records, la réduction de la production des pays de l’OPEP et de la Russie ainsi que la chute de la production américaine pourraient permettre au marché de revenir à l’équilibre plus tôt que prévu », ajoute M. Flynn.  

Par ailleurs, les ventes au détail aux États-Unis publiées mardi par le département du Commerce ont rebondi de 17,7 % en mai, une hausse historique.

Au rang des autres indicateurs, la production industrielle s’est également ressaisie en mai aux États-Unis après un plongeon historique le mois précédent, selon les données de la Réserve fédérale américaine (Fed)

Les acteurs du marché ont désormais les yeux tournés vers le rapport de l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA) sur les réserves de pétrole aux États-Unis qui sera diffusé mercredi en fin de matinée.

Les analystes ont prévu une hausse médiane de 130 000 barils des stocks de brut, qui ont déjà atteint un niveau record à la publication du dernier rapport de l’EIA.

Les réserves de produits distillés (fioul de chauffage et gazole) sont également attendues en hausse, tandis que celles d’essence sont attendues en baisse.