Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

La stabilisation des perspectives de croissance aura pour effet de doper les actifs à risque au cours de la prochaine année, selon Fiera Capital.

« Les marchés poursuivront sur leur lancée grâce à l’expansion des multiples et à la croissance des bénéfices », souligne Candice Bangsund, gestionnaire de portefeuille chez Fiera, dans un rapport publié cette semaine.

« Les politiques monétaires des banques centrales contribueront à prolonger la reprise et la durée de l’expansion, ce qui augmentera le prix que les investisseurs voudront payer pour les actions. À la lumière du pessimisme ambiant sur l’état de l’économie, il est très probable que les bénéfices, et par ricochet le cours des actions, nous surprennent à la hausse. »

La « domination » des titres de croissance (principal vecteur du marché haussier) devrait par ailleurs se renverser, dit-elle, à mesure que les investisseurs reconnaissent l’avenir prometteur de l’économie mondiale et la hausse correspondante des taux d’intérêt.

Les titres de croissance auront de la difficulté à absorber des taux d’intérêt plus élevés en raison de leurs évaluations supérieures à la moyenne ce qui, selon elle, provoquera une rotation en faveur des titres de valeur moins prisés et sous-évalués.

« Cette rotation aura une incidence marquée sur les secteurs des services financiers, des ressources et des produits industriels. »

***

Trois mois après avoir révélé détenir plus de 10 % des actions de Lassonde, le gestionnaire d’actifs montréalais Van Berkom ramène sa participation sous les 10 %. La firme a dévoilé cette semaine avoir entamé décembre avec une participation de 9,98 % dans le producteur de jus de Rougemont. Van Berkom peut vendre d’autres blocs d’actions sans le déclarer puisque la participation est maintenant inférieure à 10 %. Le titre de Lassonde a atteint jeudi son plus bas niveau depuis un an.

***

La firme d’investissement new-yorkaise BlackRock a signalé cette semaine aux gendarmes boursiers détenir une plus grande emprise sur le capital-actions de la papetière montréalaise Domtar. BlackRock a commencé décembre avec une participation de 15,2 % dans Domtar. Elle s’élevait à 12,5 % il y a un an.

***

L’action du détaillant montréalais Reitmans a glissé cette semaine sous la barre des 1 $. Elle valait une vingtaine de dollars en 2010.

***

L’annonce cette semaine de la vente de MissFresh à Cook It par Metro ne veut pas dire que l’épicier montréalais – ni les autres grandes chaînes canadiennes de supermarchés – ne s’intéressent plus aux fabricants de repas prêts-à-cuisiner. C’est ce que soutient l’analyste Frédéric Tremblay, chez Desjardins. « Je continue de croire que Marché Goodfood demeure une cible d’acquisition potentielle », dit-il.

***

Le gestionnaire d’actifs montréalais Letko Brosseau a révélé aux autorités cette semaine avoir abaissé sa participation dans le producteur montréalais de métaux spéciaux 5N Plus. Letko Brosseau demeure le deuxième actionnaire en importance de 5N Plus (derrière la Caisse de dépôt et placement), mais des transactions effectuées à la fin novembre ont ramené sa participation à 16,7 % au début de décembre.

***

Les titres québécois de Québecor, Power Corporation, Cominar, Financière Power, WSP, Boralex, Tecsys et Bausch Health (l’ex-Valeant) ont atteint cette semaine un nouveau sommet de la dernière année en Bourse. Transcontinental, Lassonde, Semafo, Stella-Jones, Reitmans et TVA ont de leur côté touché un plancher des 52 dernières semaines.