(New York) La Bourse de New York a clôturé mercredi proche de l’équilibre, grâce notamment à un regain des principaux indices en fin de séance, alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé une nouvelle baisse de ses taux directeurs.

Agence France-Presse

L’indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, s’est apprécié de 0,13 % à 27 147,08 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a cédé 0,11 %, à 8177,39 points.

L’indice élargi S&P 500 a grappillé 0,03 % à 3006,73 points.

Comme s’y attendaient la plupart des analystes, les responsables de la Banque centrale américaine ont annoncé une baisse de 25 points de base, soit un quart de point de pourcentage, de leurs taux au jour le jour, à l’issue d’une réunion de politique monétaire mercredi.

Les taux d’intérêt, qui ont été diminués pour la deuxième fois en deux mois, s’établissent désormais dans une fourchette comprise entre 1,75 % et 2 %.

En léger repli avant l’annonce de la Fed, les principaux indices de la cotation new-yorkaise ont creusé leurs pertes dans les minutes ayant suivi le communiqué de l’institution bancaire, mais se sont repris lors de la conférence de presse de son président Jerome Powell.

« Le marché était un peu hésitant, mais Powell a rappelé que la Fed n’avait pas changé de ton et qu’elle continue de considérer que l’économie américaine est relativement solide », a commenté Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.

La Fed a en effet relevé légèrement sa prévision de croissance pour les États-Unis à 2,2 % cette année contre 2,1 % précédemment.

M. Powell a toutefois relevé « deux sources d’incertitude : le ralentissement de la croissance à l’étranger et l’évolution de la politique commerciale ».

« Powell a fait bonne figure lors de la séance de questions-réponses, il s’est montré très cohérent », a résumé M. Cardillo.

FedEx sombre

Pour l’évolution des taux à l’avenir, la moyenne des projections des membres de la Fed (tableau des « dot plot ») indique que la Banque centrale n’a pour l’instant pas l’intention d’aller plus loin dans ses baisses des taux, ni fin 2019 ni l’année prochaine.

Le Comité monétaire est toutefois apparu très divisé sur la décision de mercredi, trois membres ayant voté contre et sept pour. C’est la plus forte opposition rencontrée par M. Powell depuis son arrivée à la tête de la Fed début 2018.

« L’autre leçon de ce vote est de voir qu’il n’y a plus de consensus », a relevé Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine s’établissait à 1,793 % vers 16 h 30 contre 1,801 % la veille.

Sur le terrain des valeurs, FedEx a dégringolé de 12,9 %. Le groupe de logistique a abaissé mardi son principal objectif financier annuel après des résultats décevants au premier trimestre de son exercice décalé, invoquant les tensions commerciales qui affectent son activité.

C’est la plus lourde chute pour le titre FedEx en plus de dix ans.

Roku, fabricant de boîtiers permettant de regarder des contenus internet sur un téléviseur, s’est effondré de 13,7 %. L’opérateur Comcast a annoncé une nouvelle offre pour ses boîtiers connectés, tandis que Facebook a relancé avec Portal sa gamme d’écrans intelligents avec des prix cassés.

L’éditeur de logiciels Adobe a perdu 1,8 % après avoir revu à la baisse ses prévisions financières pour le trimestre en cours.

Le groupe agroalimentaire General Mills a reculé de 0,9 % malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.