(Londres) Les métaux précieux ont fortement progressé sur la semaine, notamment l’argent et le platine, tandis que l’or a atteint un nouveau plus haut en six ans lundi.

Kevin TRUBLET
Agence France-Presse

« Alors que les États-Unis et la Chine ont tous deux menacé d’augmenter leurs droits de douane, l’aversion pour le risque s’est accrue ce mois-ci, faisant ainsi passer l’or à son plus haut niveau depuis 2013 », a expliqué Han Tan, analyste pour FXTM.

L’or est généralement considéré comme une valeur refuge et a donc tendance à s’apprécier en période d’incertitude politique ou économique.

Lundi, il est monté jusqu’à 1555,28 dollars l’once, un niveau plus vu depuis 2013.

L’argent, de son côté, a suivi la tendance de l’or et atteint jeudi un plus haut en trois ans, à 18,66 dollars l’once.

Quant au platine, il a littéralement bondi ces derniers jours, gagnant 6,6 % depuis mardi soir et atteignant jeudi 935,68 dollars l’once, un plus haut depuis un peu plus d’un an.

« La hausse des prix est entraînée dans une mesure considérable par la spéculation », a estimé Daniel Briesemann, analyste pour Commerzbank.

Enfin, le palladium est monté vendredi à un plus haut depuis un mois, à 1507,11 dollars l’once.

Sur le London Bullion Market, l’once d’or valait 1525,44 dollars vendredi vers 7 h 20, contre 1495,87 dollars le vendredi précédent.

L’once d’argent valait 18,37 dollars, contre 17,08 dollars il y a sept jours.

Sur le London Platinum and Palladium Market, l’once de platine s’échangeait à 923,74 dollars, contre 859,03 dollars sept jours plus tôt.

L’once de palladium valait pour sa part 1500,27  dollars, contre 1461,91 dollars à la fin de la semaine précédente.

L’aluminium s’enfonce

Du côté des métaux industriels, l’aluminium a continué de baisser dans un contexte d’incertitudes économiques, tombant jeudi à 1734 dollars la tonne, un plus bas depuis début 2017.

Liz Grant, analyste pour le courtier Sucden, a attribué cette chute à des facteurs techniques, le cours de l’aluminium tombant en dessous d’un niveau surveillé par les investisseurs.

Les investisseurs continuent par ailleurs de surveiller étroitement les relations sino-américaines.

La semaine dernière, Pékin avait annoncé des représailles tarifaires, après la décision du président américain d’augmenter les droits de douane sur une partie au 1er septembre et le reste le 15 décembre.

Sur le LME, la tonne d’aluminium pour livraison dans trois mois valait 1742,50 dollars vendredi vers 7 h 20, contre 1771,50 dollars la semaine dernière.

Le coton trébuche puis rebondit

La livre de coton pour livraison en décembre a touché lundi un plus bas en près de trois ans et demi, à 56,59 cents, avant de se redresser.

Depuis le début du mois d’août, le coton a reculé de 5,4 % et de 18,3 % depuis le début de l’année.

« Ce n’est pas le sentiment qui domine lorsqu’on observe le bilan du marché mondial du coton ces dernières années, car les stocks n’ont pas considérablement augmenté. Mais cela est dû uniquement à la Chine, qui continue de réduire ses réserves », a expliqué Michaela Kuhl, analyste pour Commerzbank.

Le coton s’est cependant redressé à partir de mercredi, tandis que l’ouragan Dorian pourrait se déplacer vers le golfe du Mexique et donc se rapprocher de la principale zone de production du coton aux États-Unis.

Le semblant d’accalmie sur le front commercial sino-américain avec l’espoir d’une reprise des pourparlers entre les deux pays bénéficie également au cours des matières premières.

La livre de coton pour livraison en décembre valait 58,96 cents vendredi vers 7 h 20, contre 59,40 cents la semaine précédente à la même heure.