(New York, Toronto) Wall Street a fini en baisse lundi, les investisseurs abordant fébrilement une semaine qui sera marquée par des interventions publiques du patron de la Banque centrale américaine (Fed), dont les commentaires sur les taux d’intérêt sont très attendus.

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

L'indice vedette, le Dow Jones, a cédé 0,46 % pour finir à 26 799,54 points et l’indice NASDAQ, à forte coloration technologique, a reculé de 0,8 % pour clôturer à 8095,46 points.

L’indice élargi S&P 500 a perdu 0,5 % à 2974,72 points.

Le président de la Fed Jerome Powell doit s’exprimer mercredi et jeudi devant le Congrès, dans un contexte où les décisions de l’institution sur les taux d’intérêt sont particulièrement surveillées ces temps-ci.

« On aura une idée assez précise après cette audition de ce que fera la Fed » lors de sa prochaine réunion des 30 et 31 juillet, a indiqué Bill Lynch de Hinsdale Associates.

Abreuvés ces derniers mois d’indicateurs américains décevants, les investisseurs anticipaient depuis des semaines une baisse de taux énergique de la Banque centrale américaine à l’occasion de cette réunion.

L’espoir avait même propulsé mercredi les trois principaux indices de la cote à des sommets historiques, des baisses de taux puissantes rimant avec des conditions d’emprunt plus favorables pour les ménages et entreprises aux États-Unis.

Prudence

Mais la prudence a remplacé l’euphorie dès vendredi sur les marchés après un rapport américain mensuel sur l’emploi montrant des créations de postes solides. Les éléments publiés dans ce document ont écarté, aux yeux des marchés, le besoin absolu d’une forte baisse des taux pour redynamiser l’économie.

Les courtiers tablent désormais à leur quasi-totalité sur une baisse de taux de 25 points de base lors de la prochaine réunion de la Fed.

« Il ne faut pas écarter l’hypothèse d’un statu quo » sur les taux, a par ailleurs affirmé Bill Lynch. Le spécialiste des marchés a ajouté que le compte-rendu de la précédente réunion de la Banque centrale sera très observé mercredi.

Après s’être vivement repris vendredi en raison des anticipations de baisses de taux moins importantes de la banque centrale américaine, le taux d’intérêt sur la dette américaine à dix ans poursuivait sa hausse lundi, à 2 048 % contre 2 034 % vendredi à la clôture.

Parmi les valeurs du jour, les titres de Deutsche Bank cotés à Wall Street ont perdu 6,1 %. La première banque allemande a annoncé dimanche le plus grand plan de restructuration de son histoire avec la suppression de 18 000 emplois, qui clôt définitivement les rêves de grandeur internationale de la banque en pleine crise.

Boeing a lâché 1,3 %. La compagnie low cost saoudienne flyadeal a décidé d’annuler une commande de Boeing 737 MAX au profit d’Airbus A320 « neo ».

Il s’agit de la première annulation d’une commande pour Boeing depuis l’écrasement d’un vol d’Ethiopian Airlines en mars dernier, qui s’est produit quelques mois seulement après un autre accident, celui de Lion Air, en Indonésie (346 morts au total). L’avion phare du constructeur américain est cloué au sol dans le monde entier depuis.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a retraité de 79,04 points (-0,4 %) pour terminer la séance avec 16 462,95 points.

Huit des 11 principaux secteurs du TSX ont retraité, dirigés par celui de la santé, qui a abandonné 1,8 %. Dans ce groupe, l'action de CannTrust a notamment plongé de près de 23 % après que le producteur de cannabis a averti qu'il pourrait connaître une pénurie de produits en raison de problèmes de conformité identifiés par Santé Canada.

Le secteur de l'énergie a pour sa part lâché 0,8, suivi de ceux des télécommunications, des matériaux et de l'industrie.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,45 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 76,34 cents US de vendredi.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 15 cents US à 57,66 $ US le baril, tandis que celui de l'or a reculé de 10 cents US à 1400 $ US l'once. Le prix du cuivre s'est pour sa part déprécié de 0,2 cent US à 2,66 $ US la livre.