Wall Street, aidée par la vitalité d'Apple et Amazon et des indicateurs de bonne tenue, a terminé dans le vert jeudi au lendemain d'annonces sans grande surprise de la banque centrale américaine (Fed).

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,21 % à 26 439,93 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,65 % à 8 041,97 points.

L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,28 %, à 2 914,00 points.

La Bourse de New York a profité de la nette hausse de deux valeurs phares de la cote: Apple est monté de 2,06 % après une recommandation positive des analystes de JPMorgan, et Amazon, qui inaugurait à New York une boutique ne vendant que les produits les mieux notés sur son site, s'est adjugé 1,93 %.

Alphabet (+1,20 %), la maison mère de Google, Facebook (+1,13 %) et Twitter (+1,41 %) ont aussi apporté leur soutien.

Les investisseurs ont continué par ailleurs jeudi à digérer les annonces de la Fed.

L'institution a, comme anticipé par la grande majorité des observateurs du marché, relevé mercredi ses taux d'intérêt pour la troisième fois de l'année.

Et elle a de nouveau affirmé que ses futures décisions seraient prises à l'aune des indicateurs économiques.

Les statistiques dévoilées jeudi à cet égard étaient plutôt de bon augure.

La troisième estimation du département du Commerce a confirmé que l'économie des États-Unis avait crû de 4,2 % au deuxième trimestre.

Les commandes industrielles de biens durables dans le pays ont par ailleurs nettement rebondi en août.

Ferveur pour le cannabis

Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux États-Unis sont de leur côté reparties à la hausse.

Mais elles étaient tombées la semaine précédente à leur plus bas niveau en presque 50 ans.

« L'économie américaine continue à se montrer vigoureuse », « les embauches sont solides », « l'inflation reste sous contrôle et les taux d'intérêt relativement bas », a souligné Terry Sandven, spécialiste du marché des actions pour U.S. Bank Wealth Management.

Dans le même temps, « les profits des entreprises continuent de grimper, au rythme moyen de 20 % cette année », a-t-il ajouté.

Autant d'éléments qui laissent présager selon lui une progression des indices au moins jusqu'à fin 2018.

La Bourse pourrait en revanche dérailler si les tensions commerciales commencent à vraiment se faire sentir dans les comptes trimestriels des entreprises ou si les élections de mi-mandat en novembre déclenchent un grand remaniement au Congrès américain, a-t-il ajouté.

Le marché obligataire se stabilisait jeudi : le taux d'intérêt sur la dette à 10 ans des États-Unis évoluait vers 20H35 GMT à 3 056 %, contre 3 048 % mercredi à la clôture, et celui à 30 ans à 3 183 %, contre 3 181 % à la précédente fermeture.

Parmi les autres valeurs du jour, la chaîne de magasins d'articles de maison Bed Bath and Beyond a dégringolé de 21,00 % après avoir fait part d'un chiffre d'affaires décevant et révisé à la baisse ses prévisions de ventes pour l'ensemble de l'année.

Le groupe agroalimentaire Conagra a aussi baissé, de 8,54 %, après la publication de résultats décevants.

Tilray, une société canadienne cotée à New York spécialisée dans le cannabis thérapeutique, a bondi de 14,67 %. Elle a profité d'un nouvel engouement après la décision de l'agence américaine antidrogue, la DEA, de classer un médicament à base de cannabidiol (CBD) fabriqué par GW Pharmaceuticals dans une catégorie moins restrictive, ouvrant ainsi la voie à sa commercialisation.

L'énergie aide Bay Street

Les marchés boursiers nord-américains ont clôturé en hausse, jeudi, alors que la hausse du cours du pétrole a soutenu le secteur de l'énergie du parquet torontois.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a avancé de 35,34 points pour terminer la séance à 16 204,62 points.

La plus forte hausse du TSX a été celle du secteur de l'énergie, qui a avancé de 1,77 pour cent. Le cours du pétrole brut a grimpé de 55 cents US à 72,12 $ US le baril à la Bourse des matières premières de New York.

Les groupes des technologies de l'information, des télécommunications, de la consommation discrétionnaire et de l'industrie ont aussi avancé.

La principale baisse du jour a été celle du secteur de la santé, qui a laissé 3,01 pour cent.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,66 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 77,07 cents US de la veille.

Ailleurs à la Bourse des matières premières de New York, le cours de l'or a perdu 11,70 $ US à 1 187,40 $ US l'once, tandis que celui du cuivre a reculé de 4,5 cents US à 2,78 $ US la livre.

- Avec La Presse Canadienne