À Wall Street, les indices Dow Jones et S&P 500 ont terminé à des records jeudi, soutenus par une forte progression des valeurs technologiques et une vague de confiance dans les performances de l'économie américaine.

Mis à jour le 20 sept. 2018
LA PRESSE CANADIENNE

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,95% à 26 656,98 points.

L'indice élargi S&P 500, regroupant les 500 plus grosses entreprises cotées aux États-Unis, a avancé de 0,78% à 2930,75 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a progressé de 0,98% à 8028,23 points.

Les valeurs technologiques ont, comme souvent, mené la danse à Wall Street.

Le sous-indice qui les regroupe au sein du S&P 500 a avancé de 1,17%.

«C'est toujours un secteur fantastique en terme de croissance ou de profits. Lorsque vous observez un fort recul comme lors de la séance précédente, le rebond est généralement très puissant», a commenté Nate Thooft de Manulife AM.

Le secteur bancaire a également nettement avancé comme la veille, bénéficiant de la hausse observée depuis plusieurs séances sur les taux d'intérêts américains, améliorant les perspectives financières de ces sociétés.

Malgré un tassement en cours de séance, le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans, référence sur le marché obligataire, s'affichait près de ses plus haut depuis mai à 3,065%, contre 3,063% mercredi à la clôture, celui à 30 ans évoluait à 3,202%, contre 3,210% à la précédente fermeture, et celui à deux ans a atteint jeudi un nouveau plus haut depuis 2008 à 2,818%.

«Les banques ont déçu une bonne partie de l'année en Bourse, les investisseurs se disent sans doute qu'il est temps d'envisager une rotation au moment où les taux montent», a affirmé M. Thooft.

Wells Fargo supprime des effectifs

Sur le front de l'économie américaine, «les indices ne reculent fondamentalement pas lorsque les principaux indicateurs économiques sont bons», a estimé Maris Ogg de Tower Bridge Advisors.

La croissance de l'activité manufacturière de la région de Philadelphie a repris de l'élan en septembre et les demandes d'allocations chômages hebdomadaires ont continué à baisser à leur plus bas depuis près de 50 ans.

Dépassés dès l'ouverture de Wall Street, les records sur le S&P 500 et le Dow Jones ont visiblement égayé Donald Trump, le président américain se réjouissant sur Twitter: «LE S&P 500 ATTEINT UN RECORD HISTORIQUE Félicitations aux États-Unis!».

Les craintes commerciales continuaient quant à elles d'être relativement ignorées par les investisseurs depuis l'imposition moins élevée qu'anticipé de nouvelles sanctions douanières par les États-Unis contre la Chine.

Signe de l'accalmie, les multinationales Boeing et Caterpillar, sensibles aux soubresauts du commerce international, ont pris 0,61% et 2,12%.

Parmi les autres valeurs du jour, la banque Wells Fargo (+0,60%), frappée récemment par plusieurs scandales, va supprimer entre 5% et 10% de ses effectifs au cours des trois prochaines années, ce qui pourrait concerner jusqu'à 26 500 postes.

Comcast et Twenty-First Century Fox ont respectivement pris 1,31% et perdu 0,11% alors que les deux prétendants au rachat du groupe de télévision Sky, devront dévoiler leur offre définitive à travers un mécanisme d'enchères très rarement utilisé, a annoncé jeudi le régulateur britannique.

Au lendemain d'un emballement à Wall Street pour les entreprises spécialisées dans le cannabis qui a fait gagner jusqu'à 93% à la société Tilray en séance, l'entreprise canadienne cotée à Wall Street a fortement reculé (-17,62%), mais deux groupes concurrents, Cronos (+8,35%) et Canopy Growth (+6,18%) ont avancé.

General Electric a chuté (-3,11% à 12,46 $) après l'abaissement par les analystes de JPMorgan Chase de leur perspective sur le prix de l'action de 11 à 10 $.

Hausses à Toronto

L'indice de référence de la Bourse de Toronto clôturait à son plus haut niveau depuis le début septembre.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a avancé de 64,83 points pour terminer la séance à 16 214,75 points.

Le secteur de la santé du TSX a réalisé la meilleure performance de la journée, avec un gain de 6,31 %, pendant que les groupes de la consommation discrétionnaire et de l'industrie avançaient de 1,78 % et 1,16 pour cent respectivement.

Le secteur de l'énergie a retraité de 1,01 % et celui des matériaux est resté stable.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a gagné 251,22 points pour clôturer au sommet record de 26 656,98 points.

L'indice élargi S&P 500 a aussi atteint un record en clôturant à 2930,75 points, en hausse de 22,80 points.

La hausse du huard est survenue malgré quelques manchettes négatives en ce qui a trait à la capacité des négociateurs de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) à conclure un accord avant la date limite de la semaine prochaine. Des observateurs se demandent en outre si les États-Unis iront de l'avant avec leurs menaces de tarifs automobiles, a noté Stephen Lingard, gestionnaire de portefeuille chez Franklin Multi-Asset Solutions.

«Au cours des dernières semaines, la croissance mondiale a été un peu meilleure, mais elle a également donné un meilleur ton à l'ALÉNA», a-t-il souligné lors d'un entretien.

«La réaction du Congrès et d'autres représentants de l'administration américaine voulant qu'ils soient plus favorables à un accord trilatéral qu'au simple accord bilatéral suggère que les probabilités d'une entente sur l'ALÉNA sont plus élevées qu'elles ne l'étaient il y a quelques mois.»

 À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a reculé de 45 cents US à 70,32 $ US le baril, tandis que celui de l'or a pris 3 $ US à 1211,30 $ US l'once. Le prix du cuivre a pris un peu plus de 1 cent US à 2,74 $ US la livre.

-Avec La Presse canadienne