La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, mardi, pour la première fois depuis le début de septembre, pendant que les marchés boursiers américains enregistraient des gains eux aussi.

LA PRESSE CANADIENNE

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 37,16 points à 16 094,25 points, récupérant une partie des pertes cumulées au cours des sept séances précédentes.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles prenait 113,99 points à 25 971,06 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 gagnait 10,76 points à 2887,89 points. L'indice composé du Nasdaq a gagné 48,31 points à 7972,47 points.

La Bourse de New York a été portée par le dynamisme des secteurs de la technologie et de l'énergie ainsi que par des indicateurs encourageants, dans un marché surveillant toujours les tensions commerciales.

Les indices avaient démarré la séance dans le rouge, lestés par la fébrilité des investisseurs face à la montée des tensions entre Washington et Pékin.

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a notamment annoncé que la Chine prévoyait de demander le 21 septembre l'autorisation d'imposer des sanctions aux États-Unis dans un litige vieux de cinq ans portant sur des mesures antidumping.

« Le problème ici n'est pas tant que la Chine en réfère à l'OMC, mais que cette saisie puisse mettre en colère l'administration Trump et précipiter la mise en oeuvre de tarifs douaniers supplémentaires sur une nouvelle salve de 200 milliards de dollars de produits chinois », a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.

Plusieurs facteurs ont toutefois rasséréné les investisseurs en cours de séance, à commencer par la progression à des records d'un indice de confiance des petits investisseurs en août et d'un indicateur sur le nombre d'offres d'emplois en juillet.

Les indices ont aussi positivement réagi à « de vagues commentaires de la responsable des négociations commerciales pour le Canada », venue à Washington pour renégocier l'accord de libre-échange nord-américain, selon Karl Haeling de LBBW.

Tesla rechute

Mais, le marché boursier a surtout été guidé selon lui par la propension des investisseurs, américains et étrangers, à privilégier les actions de Wall Street « dans la mesure où l'économie des États-Unis va mieux que le reste des économies de la planète ».

Dans ce contexte, les valeurs du secteur technologique ont repris du terrain, l'indice les représentant gagnant 0,84 %.

Apple, qui doit présenter mercredi le millésime 2018 de l'iPhone, est monté de 2,53 %. Netflix s'est aussi apprécié de 2,16 %, et Amazon, de 2,48 %.

La forte hausse des cours du pétrole a aussi profité au secteur de l'énergie (+0,98 %).

À l'approche de l'ouragan Florence, les autorités ont ordonné mardi l'évacuation de plus d'un million et demie de personnes sur une vaste zone de la côte est, faisant bondir la demande en essence.

Parmi les autres valeurs du jour, le groupe spécialisé dans les haut-parleurs Sonos a chuté de 22 % après la publication de son premier rapport trimestriel depuis son entrée en Bourse.

Le fabricant de voitures électriques Tesla, fortement chahuté en Bourse ces dernières semaines, a reculé mardi de 2,12 % après la publication d'une note de Nomura abaissant sa recommandation sur le titre de l'entreprise.

Le marché obligataire se tendait : le taux à dix ans sur la dette américaine montait vers à 2 980 %, contre 2 931 % lundi, et celui à 30 ans à 3 121 %, contre 3 081 % à la précédente clôture.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,10 ¢ US, en hausse par rapport à son cours moyen de 75,97 ¢ US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 1,71 $ US à 69,25 $ US le baril, tandis que celui de l'or a avancé de 2,40 $ US à 1202,20 $ US l'once. Le prix du cuivre a cédé 0,65 ¢ US à 2,62 $ US la livre.