Wall Street a terminé en ordre dispersé jeudi, l'envolée d'Apple, la première entreprise privée à franchir le cap des 1000 milliards de dollars en Bourse, n'effaçant pas totalement un regain de tensions entre Washington et Pékin. Tesla a aussi bondi.

Mis à jour le 2 août 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a cédé un maigre 0,03 % à 25 326 points.

Mais, le Nasdaq s'est apprécié de 1,2 %, à 7802 points, et l'indice élargi S&P 500 a gagné 0,5 % à 2827 points.

À Toronto, le secteur technologique, entre autres, a aidé le S&P/TSX à monter de 0,2 %, à 16409 points.

La séance a été marquée par la prouesse d'Apple, qui a franchi en cours de séance le seuil symbolique des 1000 milliards US de capitalisation boursière. L'action a finalement terminé en hausse de 2,9 % à 207,39 $ US, ce qui lui confère une valeur de 1001,7 milliards sur les marchés.

Même si cette valorisation peut sembler extrême pour une entité privée, « c'est la reconnaissance d'une entreprise qui a transformé la vie de tout un chacun » avec ses iPhone et ses ordinateurs Mac, a relevé Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Surtout, « même si on a beaucoup dit que le Nasdaq a fortement progressé, que les valorisations sont un peu exagérées, que des entreprises comme Facebook ont récemment été très critiquées », l'exploit d'Apple conforte l'idée que le secteur de la technologie « est toujours celui où il y a à la fois de la croissance, de l'innovation et une production de richesse absolument incroyable », a-t-il ajouté. « C'est le secteur qui entraîne le marché. »

Les trois grands indices avaient pourtant démarré la séance dans le rouge, lestés par la menace d'une aggravation de la bataille commerciale que se livrent actuellement la Chine et les États-Unis.

L'administration Trump a en effet annoncé mercredi qu'elle envisageait de taxer encore davantage les marchandises chinoises, une menace qualifiée de « chantage » par Pékin.

Tesla s'envole

Les grandes multinationales américaines Boeing et Caterpillar, deux membres du Dow Jones pouvant potentiellement pâtir fortement de toute entrave aux échanges entre les deux pays, ont perdu respectivement 0,9 % et 0,4 %.

Sur le front des valeurs, le fabricant de voitures électriques Tesla a bondi de 16,2 %. Le groupe a indiqué mercredi soir avoir doublé ses pertes au deuxième trimestre, mais son PDG, Elon Musk, a aussi confirmé espérer devenir « durablement » rentable cette année.

D'autres résultats étaient reçus plus fraîchement, dont ceux du géant américain de la chimie DowDupont (-2,2 %) et du laboratoire pharmaceutique israélien coté à New York Teva (-9,5 %).

Le dollar canadien se négociait à 76,84 ¢ US, en recul de 0,07 ¢.