Source ID:; App Source:

Panique des marchés en Asie sur des craintes d'une présidence Trump

Dans une redite du Brexit, les marchés s'affolaient mercredi en Asie, tandis... (PHOTO Toru Hanai, REUTERS)

Agrandir

PHOTO Toru Hanai, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Dans une redite du Brexit, les marchés s'affolaient mercredi en Asie, tandis que le dollar chutait et que le peso mexicain tombait à son plus bas niveau historique, par crainte d'une victoire de Donald Trump aux États-Unis.

«C'est une hécatombe sur les marchés alors que Trump se rapproche de la Maison-Blanche», a résumé dans une note Craig Erlam, analyste chez Oanda.

À la Bourse de Tokyo, l'indice vedette Nikkei avait démarré en hausse de 0,64%, faisant le pari d'une victoire de la démocrate Hillary Clinton, mais il a vite changé de cap avant de carrément dévisser: il dégringolait de plus de 6% en début d'après-midi. Le ministère des Finances et la Banque du Japon (BoJ) devaient se réunir sous peu.

Hong Kong lâchait au même moment près de 3%, Sydney 2%, Shanghai 1,3% et Bombay jusqu'à 6%, affecté en outre par une annonce-choc du gouvernement indien pour lutter contre l'argent noir.

Aux États-Unis, les contrats à terme sur les deux principaux indices du marché - qui reflètent le sentiment des investisseurs pour l'avenir - décrochaient aussi, de plus de 4%.

«Pour la seconde fois cette année, il semble que les marchés aient livré de mauvais pronostics. En juin, ils avaient tablé sur un maintien de la Grande-Bretagne dans l'Union européenne, cette fois ils pariaient sur une issue favorable avec la victoire de Clinton, et ils ont peut-être eu tort», a souligné M. Erlam.

Même fébrilité du côté des devises: le dollar fléchissait au-dessous de 101,30 yens, contre 105,47 yens quelques heures plus tôt. Idem face à l'euro qui grimpait à 1,1287 dollar, contre 1,0990 dollar auparavant.

Mais c'est la monnaie mexicaine, baromètre de l'opinion des marchés ces dernières semaines sur l'issue du scrutin américain, qui a dévissé le plus, tombant en fin de matinée à Tokyo à 20,7431 pesos pour un dollar, son plus bas niveau historique, contre 18,1634 pesos un peu plus tôt, soit une amplitude de 14%.

L'or s'envole

Le Mexique redoute un succès du républicain Donald Trump, du fait des menaces du milliardaire de renégocier les accords de libre-échange, d'expulser des États-Unis des millions de migrants illégaux et de faire payer le voisin du sud pour la construction d'un mur sur leur frontière commune.

«L'élection est cruciale non seulement pour le peso mexicain, mais pour le Mexique», a commenté pour l'agence Bloomberg News Juan Carlos Rodado, spécialiste de l'Amérique latine chez Natixis à New York. «Ce scrutin pourrait déterminer l'avenir des échanges entre les deux pays et remettre en question 20 ans d'intégration économique».

Plus largement, la perspective d'une présidence Trump fait frémir les places financières mondiales. Le candidat républicain fait figure d'épouvantail auprès des marchés pour ses propos très critiques sur le libre-échange et son inexpérience politique, source d'incertitudes.

À l'affût de la moindre information, les investisseurs «vacillent au gré des nouveaux développements dans l'élection présidentielle américaine», a déclaré à l'AFP Shinji Nakamura, analyste chez SMBC Friend Securities. Insoutenable, le suspense a progressivement tourné à l'avantage de Donald Trump, avec une victoire cruciale en Floride.

Et la chute pourrait être plus lourde encore, avertit Daisuke Uno, chez Sumitomo Mitsui Banking, rappelant que l'indice boursier japonais Nikkei avait lâché près de 8% le 24 juin, juste après le choc du Brexit.

Dans ce contexte, l'or, valeur refuge, s'est nettement apprécié, à 1.337,38 dollars l'once, contre 1268,30 dollars en début de matinée. Les investisseurs se précipitaient aussi sur le marché de la dette: le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans reculait à 1,722%, contre 1,867% quelques heures auparavant, et celui des obligations japonaises glissait en terrain négatif.

À noter enfin, le déclin des cours du pétrole. Vers 0 h, le baril de light sweet crude (WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, fléchissait de 1,56 dollar à 43,42 dollars, et le baril de Brent, référence européenne, pour livraison en janvier, cédait 1,41 dollar à 44,63 dollars.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer