L'année 2015 est « la pire » depuis la crise financière de 2008 pour les gestionnaires d'actifs dans le monde, dont les encours sous gestion n'ont progressé que de 1 % l'année dernière, selon une étude rendue publique lundi par le cabinet de conseil BCG.

Publié le 11 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les encours sont passés de 70 500 milliards de dollars en 2014 à 71 400 milliards de dollars en 2015, leur croissance ralentissant nettement après une progression de 8 % en 2014 et une croissance annuelle moyenne de 5 % entre 2008 et 2014, précise Boston Consulting Group.

« Cette stagnation s'explique en grande partie par les performances négatives et la volatilité des marchés financiers partout dans le monde », indique BCG dans un communiqué.

« Dans le même temps, le rebond du dollar américain a pesé sur la valeur des actifs non américains exprimée en dollars », ajoute le texte.

Selon cette enquête, menée auprès de 140 gestionnaires d'actifs dans le monde, représentant plus de 55 % du marché global, la collecte nette en 2015 s'est élevée à 1,5 % des encours de 2014.

« Les marchés étaient largement positifs en Europe - particulièrement en France, Allemagne et Italie - et principalement négatifs ailleurs, particulièrement aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Chine, en Australie et dans la plupart des marchés émergents », explique l'étude.

Ainsi, la collecte a été « robuste » dans l'ensemble de l'Europe et en Asie-Pacifique, mais « tiède » aux États-Unis, selon le BCG.

Le BCG met par ailleurs en avant les nouveaux défis auxquels doit faire face la profession, notamment en matière de traitement des données.

Les gestionnaires d'actifs font face à un « fait fondamental et indiscutable : le monde qu'ils analysent, afin de prendre des décisions d'investissements et de les mettre en place, est de plus en plus complexe et riche en données », soutient l'étude.

Selon le BCG, ce nouvel environnement nécessitera « des investissements considérables » pour permettre aux sociétés de s'adapter.