La Bourse de New York se laissait gagner par la déprime mardi à la mi-journée, à la suite des places européennes, faute de bonnes nouvelles susceptibles de dissiper la mauvaise humeur notamment provoquée par les tricheries de Volkswagen.

Mis à jour le 22 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

----------------

Les marchés vers 12h20:



  • TSX 13 484,87 /-294,57 (-2,14%)

  • TSX Crois. 544,08 / -5,68 (-1,03%)

  • Dow Jones 16 282,13 / -228,06 (-1,38%)

  • S&P 500 1 938,47 / -28,50 (-1,45%)

  • NASDAQ 4 739,47 / -89,48 (-1,85%)



------------------

«Il ne se passe pas grand-chose aujourd'hui, ni même cette semaine, et habituellement dans ce cas les peurs et les inquiétudes des investisseurs tendent à prendre le dessus», a commenté Bill Lynch, de Hinsdale Associates, évoquant également «une peur générale sur la croissance mondiale».

Devant un vide de statistiques américaines, les investisseurs étaient réduits à s'inquiéter d'éventuels retentissements sur le secteur automobile de l'affaire Volkswagen, après que le constructeur allemand a reconnu une tricherie aux contrôles antipollution, des retombées de possibles abus dans la politique de prix de certains groupes pharmaceutiques, et des perspectives de la croissance européenne.

«La perception que les responsables de la Banque centrale européenne sont disposés ces jours-ci à faire plus d'assouplissement quantitatif si nécessaire n'a fait que rappeler que les perspectives économiques ne sont pas bien vaillantes en ce moment», a noté Patrick O'Hare, de Briefing.

«Si les choses empirent en Europe, elles pourraient empirer pour les autres économies développées, via les liens commerciaux, et elles pourraient aggraver les perspectives de bénéfices des multinationales américaines, vu le renforcement du dollar qui pourrait résulter des problèmes à l'étranger», a ajouté M. O'Hare, évoquant un «cercle vicieux».

Dans le secteur automobile américain, les trois gros constructeurs américains semblaient souffrir du scandale Volkswagen: General Motors perdait 2,87% à 29,74 dollars, Ford 3,77% à 13,78 dollars et FCA-US (Fiat-Chrysler) dégringolait de 6,16% à 13,26 dollars.

En revanche le détaillant de pièces détachées AutoZone gagnait 1,25% à 737,49 dollars, après des résultats supérieurs aux attentes.

Résultats mitigés

Outre le secteur automobile, «le secteur pharmaceutique est aussi frappé de plein fouet ce matin par 'l'effet Clinton'», la candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton ayant promis des propositions pour stopper l'escalade des prix des médicaments, a souligné John Plassard, de Mirabaud Securities.

Gilead cédait ainsi 2,50% à 103,10 dollars, Amgen 2,28% à 143,73 dollars et le géant Pfizer 1,36% à 31,98 dollars.

Les titres des matières premières étaient aussi «mis à mal une nouvelle fois ce matin par les craintes concernant la vigueur économique mondiale après un nouvel aveu d'impuissance du président chinois lui-même», a noté M. Plassard. Xi Jinping a reconnu dans une interview au Wall Street Journal que l'économie chinoise se trouvait actuellement «sous pression». Le groupe minier Freeport-McMoran perdait ainsi 6,36%.

La banque d'affaires Goldman Sachs reculait de 2,74% à 178,33 dollars, après que son PDG Lloyd Blankfein, 61 ans, a annoncé qu'il souffrait d'un cancer du système lymphatique. M. Blankfein, optimiste sur ses chances de guérison, reste en fonctions.

Bank of America perdait 1,08% à 15,53 dollars après que son PDG Brian Moynihan a été conforté par un vote de l'assemblée générale des actionnaires, qui a renoncé à séparer les rôles de directeur général et de président du conseil d'administration.

Enfin plusieurs entreprises ont annoncé des résultats mitigés: le géant de l'agroalimentaire General Mills (Yoplait, Pillsbury, Häagen-Dazs...) gagnait 0,63% à 57,15 dollars, après un bénéfice supérieur aux attentes, mais un chiffre d'affaires un peu décevant.

Son concurrent ConAgra chutait de 5,29% à 40,16 dollars, en dépit d'un bénéfice également supérieur aux attentes, après avoir prévenu qu'il risquait de souffrir de l'effet de change durant le trimestre en cours.

Le marché obligataire était en hausse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans reculait à 2,132% contre 2,198% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,939%, contre 3,020% auparavant.