Wall Street a nettement monté, réagissant favorablement à des chiffres pourtant mitigés, et les observateurs hésitent sur le sens à donner à cet optimisme à l'approche d'une décision attendue de la Réserve fédérale (Fed) : le Dow Jones a pris 1,40 % et le NASDAQ, 1,14 %.

Mis à jour le 15 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

--------------

Les marchés à la fermeture:

TSX 13 462,71 / +109,37 (+0,82%)

TSX Crois. 548,43 / +4,33 (+0,80%)

Dow Jones 16 599,85 / +228,89 (+1,40%)

S&P 500 1 978,09 / +25,06 (+1,28%)

NASDAQ 4 860,52 / +54,76 (+1,14%)

---------------

Selon des résultats définitifs, l'indice-vedette Dow Jones a gagné 228,89 points, à 16 599,85 points, et le NASDAQ, à dominante technologique, 54,76 points, à 4860,52 points.

L'indice élargi S & P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a avancé de 1,28 %, soit 25,06 points, à 1978,09 points.

« Malgré l'incertitude palpable autour de l'issue de la réunion de politique monétaire de la Fed, jeudi, la Bourse américaine a fini en nette hausse », ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

La banque centrale américaine tiendra aujourd'hui et demain une réunion de son comité de politique monétaire (FOMC), à l'issue de laquelle elle dira si elle relève ou non ses taux, presque nuls depuis 2008.

Chaque réunion de ce type est l'objet d'une grande attention en raison du soutien à l'économie que représente le faible niveau des taux, mais celle de cette semaine est particulièrement redoutée, car la position de la Fed semble incertaine pour beaucoup d'investisseurs.

« Le marché est peut-être simplement en train de dire à la Fed : "relevez vos taux, finissons-en" », a commenté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital, qui estime que les investisseurs avaient bien accueilli une petite hausse des ventes de détail américaines en août, de bon augure pour la consommation.

Ce chiffre s'est cependant avéré moins bon que prévu, et associé hier à des indicateurs plus défavorables sur la production industrielle et l'activité de la région de New York, il pourrait, selon d'autres observateurs, encourager au contraire la Fed à la prudence.

En ce sens, la hausse de Wall Street « est peut-être due à l'impression de plus en plus présente que la Fed va se croiser les bras », a jugé Jack Ablin, de BMO Private Bank, relativisant l'importance des chiffres d'hier.

« Je ne suis pas vraiment sûr » que ces indicateurs expliquent la bonne performance de Wall Street, a cependant estimé M. Ablin. « Peut-être que ce sont ces statistiques, peut-être que c'est l'instabilité des marchés », la Bourse enregistrant d'importantes fluctuations depuis la fin de l'été.

Le service de messagerie UPS a pris 3,6 % après avoir annoncé qu'il embaucherait jusqu'à 95 000 saisonniers aux États-Unis pour faire face à l'afflux de livraisons pour la période des Fêtes.

Engagé dans des négociations salariales difficiles, le constructeur automobile Fiat Chrysler (FCA US) a gagné 3,42 %, à 14,82 $, après la proposition du syndicat de l'automobile UAW de prolonger, heure par heure, les discussions au-delà du délai limite, atteint dans la nuit. 

La Bourse de Toronto a clôturé la séance sur un gain de plus de 100 points, une légère reprise des cours du pétrole et des métaux ayant aidé à soutenir les marchés nord-américains.

L'indice composé S&P/TSX a avancé de 109,37 points pour terminer la journée à 13 462,71 points, après avoir glissé de plus de 216 points lors des deux séances précédentes.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a avancé de 59 cents US à 44,59 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or a reculé de 5,10 $ US à 1102,60 $ US l'once.

Le prix de la livre de cuivre a gagné 2,1 cents US à 2,427 $ US.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,06 cent US à 75,49 cents US.

- Avec PC