Les marchés boursiers nord-américains ont clôturé en hausse hier, alors que les prix des matières premières rebondissaient et qu'un nouveau rapport sur l'emploi permettait de conclure que la reprise économique des États-Unis se poursuivait. L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en hausse de 38,04 points à 13 569,89 points, après avoir cédé près de 99 points la veille.

Mis à jour le 10 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

--------------

Les marchés à la fermeture:



TSX 13 569,89 / +38,04 (0,28%)

TSX Crois. 549,28 / -1,07 (-0,19%)

Dow Jones 16 330,40 / +76,83 (0,47%)

S&P 500 1 952,29 / +10,25 (0,53%)

NASDAQ 4 796,25 / +39,72 (0,84%)

---------------

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,13 cent US à 75,60 cents US.

Nerveuse à l'ouverture puis plus sereine, la Bourse new-yorkaise a fini la journée sans grand élan, faute d'actualité forte.

Pour Charlie Bilello, chez Pension Partners, «le marché reste survendu, et il rebondit et retombe» de jour en jour sans se fixer de direction. Mais pour lui, les investisseurs étaient encouragés par «l'espoir grandissant que la Réserve fédérale (Fed) ne va rien faire» lors de sa réunion de la semaine prochaine, continuant de fait à soutenir l'économie avec des taux d'intérêt proches de zéro. «Selon moi elle ne se décide pas sur la base des statistiques (économiques), mais sur la base du marché boursier», a ajouté M. Bilello. Ainsi, avance-t-il, la correction subie par les indices depuis la mi-août, et la volatilité qui dure depuis lors, serait de nature à dissuader la Fed de se risquer à remonter les taux.

Chez Rockwell Capital, Peter Cardillo a avancé une autre explication au petit regain d'optimisme de Wall Street, contrastant avec le recul des places asiatiques et européennes. La hausse des indices suivrait selon lui la progression des prix du pétrole, qui s'est confirmée en dépit de l'annonce d'une hausse plus forte que prévu des stocks de brut aux Etats-Unis.«La hausse est menée par la montée des prix du pétrole», a-t-il dit.

En tout état de cause, le marché a des chances de rester assez statique en attendant l'issue de la réunion du Comité de politique monétaire le 17 septembre.Après la correction subie par les indices fin août, «nous restons essentiellement dans de nouvelles marges étroites, plus basses» qu'auparavant, a dit M. Cardillo.

- avec La Presse canadienne