La Bourse de New York a terminé la séance de jeudi en forte hausse pour le deuxième jour de suite, les investisseurs privilégiant l'optimisme après un bon chiffre sur la croissance économique américaine, et la reprise des Bourses chinoises et européennes.

Mis à jour le 27 août 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

-----------------

Les marchés à la fermeture:



TSX 13 766,67 / +305,08 (2,88%)

Dow Jones 16 654,77 / +369,26 (2,27%)

S&P 500 1 987,66 / +47,15 (2,43%)

NASDAQ 4 812,71 / +115,17 (2,45%)

-----------------Selon David Levy, chez Kenjol Capital, le marché, qui a ainsi effacé toutes ses pertes de lundi et mardi, est resté en phase de rebond après la correction excessive des séances du 18 au 25 août. Il a bénéficié d'une chasse aux bonnes affaires, encouragé par la bonne santé de l'économie américaine illustrée par des chiffres bien meilleurs que prévu sur la croissance du deuxième trimestre, désormais établie à 3,7%.

Reste que «nous avons vu des écarts très importants, autant d'un jour à l'autre qu'en cours de séance», a souligné M. Levy, ce qui révèle que le marché cherche encore à décider si «la prochaine tendance sera à la hausse, ou si nous allons repartir en baisse et tester de nouveaux planchers».

Le marché tente de dégager une tendance dans un contexte «chargé d'émotions», a noté pour sa part Patrick O'Hare, chez Briefing.

La volatilité est favorisée selon M. Levy d'une part par le fait que rien n'a changé quant à l'économie chinoise, alors qu'une déroute boursière mondiale en début de semaine était imputée aux inquiétudes sur l'impact de son ralentissement.

D'autre part, «l'incertitude sur les intentions de la Réserve fédérale américaine ajoute à la volatilité», en laissant les investisseurs tenter de deviner si oui ou non il y aura une hausse des taux d'intérêt dans trois semaines, ou même cette année.

Néanmoins, «on se stabilise», veut croire Art Hogan, chez Wunderlich Securities.

«Nous avons eu une ou deux semaines difficiles», a concédé David Kotok, chez Cumberland Advisors, mais «je crois que nous allons remonter», a-t-il dit, en espérant toucher un nouveau sommet d'ici à la fin de l'année.

Marché obligataire hésitant 

Du côté des valeurs, le joaillier Tiffany a perdu 2,10% à 83,29 dollars après la publication de résultats trimestriels décevants. Réalisant pratiquement la moitié de ses ventes hors des Amériques, il a expliqué que le regain du dollar avait réduit ses ventes de 2 à 7% durant les trois derniers trimestres.

Le distributeur à prix cassés Dollar General a chuté de 3,18% à 74,27 dollars, en dépit d'un bénéfice supérieur aux attentes, visiblement pénalisé par une croissance de ses ventes inférieure aux attentes.

Le groupe d'habillement PVH, qui possède notamment Calvin Klein et Tommy Hilfiger, a bondi de 6,04% à 118,17 dollars après avoir rehaussé ses prévisions, en dépit d'une chute de 19% de son bénéfice trimestriel, assortie de ventes en baisse.

Le constructeur de voitures électriques Tesla s'est envolé plus haut encore, de 8,07% à 242,99 dollars après qu'une de ses berlines eut obtenu une note plus que parfaite (103... sur 100) dans les tests du magazine Consumer Reports.

Enfin le site internet Facebook, dont l'application Instagram va désormais autoriser plusieurs formats de photos, a pris 2,91% à 89,73 dollars.

Le marché obligataire était hésitant, le rendement des bons du Trésor à dix ans s'affichant à 2,190% contre 2,183% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans baissant à 2,929% contre 2,936% auparavant.