Wall Street a un peu monté vendredi à l'issue d'une séance typiquement estivale, au cours de laquelle elle n'a pas enregistré de gros mouvements malgré une salve d'indicateurs américains: le Dow Jones a pris 0,40 % et le NASDAQ 0,29 %.

Mis à jour le 14 août 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

--------------



Les marchés à la clôture:



TSX   14 272,88 / + 39,48 (+0,28%)

Dow Jones   17 477,40 /  +69,15 (+0,40%)

S&P 500   2091,54 / +8,15 (+0,39%)

NASDAQ   5048,24 / +14,68 (+0,29%)

--------------

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones a gagné 69,15 points à 17 477,40 points, et le NASDAQ, à dominante technologique, 14,68 points à 5048,24 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, a avancé de 0,39 %, soit 8,15 points, à 2091,54 points.

«Rien n'a vraiment changé par rapport aux niveaux d'échanges autour desquels nous nous trouvons depuis quelques mois», a souligné Michael James, de Wedbush Securities.

Il estimait que la Bourse serait peu encline à bouger de façon conséquente avant la réunion de mi-septembre de la Réserve fédérale (Fed), à l'occasion de laquelle elle pourrait, selon certains analystes, relever ses taux, actuellement presque nuls, et commencer ainsi à retirer un important soutien à l'économie.

Sur ce plan, les observateurs restent attentifs aux signes lancés par l'économie américaine, car ils influent sur les décisions de la Fed, mais les indicateurs de vendredi n'ont guère imprimé de tendance.

«Le marché a un peu monté après des chiffres plutôt bons ce matin», a noté Chris Low, de FTN Financial. «La production industrielle s'est nettement améliorée [en juillet], ce qui montre que l'activité manufacturière reprend.»

Néanmoins, la Bourse a été freinée par «un indice sur le moral des ménages [qui] s'est avéré moins bon que prévu», a-t-il jugé.

Le moral des ménages aux États-Unis a légèrement reculé en août à la surprise des analystes, selon la première estimation publiée vendredi de cet indice publié par l'Université du Michigan.

Troisième grand indicateur du jour, les prix à la production ont à peu près correspondu aux attentes pour le mois dernier, avec une hausse minime de 0,2 %.

Par ailleurs, Wall Street a continué à s'interroger sur les implications d'une dévaluation en trois temps du yuan, que la banque centrale chinoise a interrompue vendredi par un très léger relèvement de son cours de référence.

Pour beaucoup d'observateurs, la mesure a pour but de favoriser les exportations chinoises et non seulement de libéraliser la monnaie, comme l'affirment les autorités, et elle témoigne d'inquiétudes au plus haut niveau quant au ralentissement de la deuxième économie mondiale.

«On n'a pas abandonné toutes les craintes quant à un ralentissement persistant de la croissance chinoise, mais pour le moment, elles se sont dissipées à court terme», a relativisé M. James.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse,  pour conclure une semaine difficile et riche en rebondissements .

L'indice composite S&P/TSX a gagné 39,48 points, à 14 277,88, après trois jours de volatilité ayant vu l'indice principal céder 227 points.

Du côté des matières premières, le pétrole brut pour livraison en septembre a augmenté de 27 cents, à 42,50 $ US le baril, après avoir atteint un creux jamais vu en plus de six ans. Le gaz naturel a progressé de plus d'un cent, à 2,80 $ US par millier de pieds cubes.

L'or a reculé pour une deuxième journée consécutive, en baisse de 2,90 $, à 1112,70 $ US l'once, après avoir enregistré des gains plus tôt dans la semaine dans la foulée de la dévaluation du yuan.

Le huard a aussi été plus faible, reculant de 0,17 cent US, à 76,38 cents US.

- Avec La Presse Canadienne