Source ID:35725; App Source:cedromItem

Portefeuille des lecteurs: stratégie de dividendes

Les actions à dividendes élevés ont procuré un... (Photo Henny Ray Abrams, archives AP)

Agrandir

Les actions à dividendes élevés ont procuré un rendement boursier quatre fois plus élevé que ceux ne payant aucun dividende dans l'environnement de faibles taux d'intérêt des 12 derniers mois.

Photo Henny Ray Abrams, archives AP

Paul Durivage
La Presse

Bien sûr, ce n'est qu'un jeu, l'occasion de prendre des risques sans conséquences ni stress financiers. Mais même pour un portefeuille fictif, il sera difficile de réaliser des rendements dans les deux chiffres au Canada en cette septième année haussière consécutive à la Bourse. Alors, pourquoi ne pas jouer de prudence et encaisser des profits faciles d'au moins 3-4% en misant sur la distribution de dividendes?

Près de neuf titres sur dix de notre sélection LPA 100, qui regroupe certaines des plus belles sociétés canadiennes en Bourse, génèrent des dividendes. Même que le tiers rapportent plus de 3% par année. C'est tout de même trois fois plus que le rendement moyen des obligations du Canada à court et à moyen terme. C'est aussi une occasion alors que le rendement des dividendes est d'environ 2,8% seulement depuis 1956.

Jonathan Golub, responsable de la stratégie chez RBC Marchés des Capitaux à New York, faisait d'ailleurs remarquer la semaine dernière que les actions à dividendes élevés ont procuré un rendement boursier quatre fois plus élevé que ceux ne payant aucun dividende dans l'environnement de faibles taux d'intérêt des 12 derniers mois.

Vive les bons seconds!

Aux fins de cet exercice, nous avons construit notre modèle empirique suivant les seules informations financières rendues disponibles pour tous dans l'interface du sondage.

Nous avons donc considéré les titres offrant le meilleur rendement en dividende dans chacune des 10 catégories présentées. Cela permet d'assurer une saine diversification du portefeuille qui aurait autrement été surpondéré en banques.

Puisque aucun titre du secteur de la santé n'offre encore de dividende, la recherche et le développement des affaires mobilisant toute la trésorerie, nous avons donc dû doubler la mise dans un autre secteur. Pourquoi pas une seconde institution financière, ce qui reste encore bien raisonnable par rapport à la composition de la Bourse de Toronto?

Évidemment, le versement de dividendes des entreprises n'est pas garanti, contrairement aux bons gouvernementaux. On se méfiera particulièrement des titres qui présentent des rendements anormalement élevés, surtout si c'est par rapport à leur propre secteur. C'est le plus souvent le signe que le marché s'attend à des coupes prochaines. Ce fut d'ailleurs le cas pour plusieurs sociétés pétrolières avec la chute du prix du brut, ces derniers mois.

C'est pourquoi, comme pour les séries statistiques, nous avons exclu les cas extrêmes (valeurs aberrantes) en nous en tenant souvent aux numéros deux, dont le rendement en dividendes est plus proche de leur groupe.

Ratio cours/bénéfice

Parmi les données disponibles, le ratio cours/bénéfice nous permet le mieux de discriminer les entreprises ayant le plus de chances de maintenir le dividende au niveau actuel, et peut-être même de l'augmenter. Les multiples de bénéfices sont toujours un bon point de départ en analyse financière. Cela permet de voir non seulement comment un titre reflète la rentabilité de l'entreprise, mais aussi comment celle-ci se compare aux autres acteurs de son industrie.

La barre maximum d'admissibilité pour notre sélection est établie à 20 fois les bénéfices courus, ce qui correspond à la moyenne des 250 titres de l'indice S&P/TSX (23,5 pour notre groupe des 100). Le multiple historique de l'indice global du marché canadien est de 18 fois.

Les 10 titres retenus rapportent un rendement moyen de 3,7% en dividendes seulement, avec de bons fondamentaux qui laissent même croire qu'ils sont sous-évalués, d'où un potentiel de gain boursier additionnel. À ce jeu, Bombardier, qui passe nos tests haut la main malgré tous ses déboires, sera notre joker.

Rendez-vous en janvier 2016 pour mesurer tout le chemin parcouru avec ce portefeuille plutôt conservateur pour un marché mature.

--------------

SÉLECTION POUR UN MARCHÉ MATURE

[Titre | Dividende (%) | Ratio c/b]

Banque Laurentienne | 4,5% | 9,6

BCE | 4,3% | 18,3

Bombardier | 3,6% | 8,7

Canam | 1,5% | 17,7

Financière IGM | 5,0% | 14,6

Husky Energy | 4,4% | 13,7

Mediagrif | 2,2% | 19,7

Metro | 2,0% | 18,9

Transcontinental | 4,1% | 6,9

Valener | 6,2% | 16,7




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer