Source ID:545765; App Source:cedromItem

Les marchés émergents à la Bourse de Montréal

La Tour de la Bourse, à Montréal.... (Photo archives La Presse)

Agrandir

La Tour de la Bourse, à Montréal.

Photo archives La Presse

La Bourse de Montréal lance un nouveau contrat à terme fondé sur le rendement de l'indice FTSE Marchés émergents, qui s'ajoute aux contrats existants sur principaux indices boursiers canadiens.

Géré par une filiale de la Bourse de Londres, l'indice FTSE Marchés émergents est l'un des plus utilisés dans le monde en guise de référence parmi les investisseurs qui s'intéressent aux entreprises des économies en voie de développement.

L'indice est composé des actions de 889 entreprises provenant de 22 pays, avec une capitalisation négociée («float») moyenne de 3,8 milliards US par entreprise, selon des informations obtenues auprès de la Bourse de Londres.

À la Bourse de Montréal, le nouveau contrat à terme sur l'indice FTSE Marchés émergents, nommé MX-EMF à la cote, cible les gestionnaires de portefeuille qui recherchent une exposition à ces marchés tout en se préservant une bonne flexibilité de gestion de risque.

Intérêt renouvelé

Selon Alain Miquelon, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal, «les investisseurs du monde entier manifestent un intérêt renouvelé pour les actions des marchés émergents et leur participation accrue s'accompagne de besoins en matière de gestion efficace du risque et d'outils de couverture».

Selon Thomas Kloet, chef de la direction du Groupe TMX, qui chapeaute la Bourse de Montréal, le nouveau contrat à terme avec l'indice FTSE Marchés émergents «nous permet d'élargir notre présence et de rehausser notre notoriété au sein des grands marchés internationaux».

Pour le moment, ce nouveau produit dérivé à la Bourse de Montréal semble déjà piquer la curiosité parmi les gestionnaires de placements d'importance dans le milieu financier montréalais.

«Ça pourrait nous être utile dans la portion en gestion indicielle de nos placements en actions des marchés émergents. Toutefois, ce nouveau contrat à terme devra obtenir une liquidité [de transactions] minimale pour que nous puissions l'utiliser», indiquait-on hier à la direction d'un investisseur institutionnel montréalais.

Chez Fiera Capital, qui gère 80 milliards en actifs, François Bourdon, chef des solutions de placement et coresponsable de la répartition des actifs, s'est dit pour sa part «très intéressé» par ce nouvel outil de gestion de portefeuille.

«Notre objectif en utilisant ce genre de contrats à terme, c'est de pouvoir faire de l'argent dans nos placements autant en position de vendeur que d'acheteur», a-t-il expliqué.

«Dans le cas des marchés émergents, nous utilisons parfois un contrat à terme originaire de [la Bourse de] Chicago, mais qui a peu de volume. Nous pourrions facilement changer pour le nouveau contrat de la Bourse de Montréal s'il s'avère pertinent et compétitif, au niveau des frais notamment.»

----------------

L'INDICE FTSE MARCHÉS ÉMERGENTS

(au 30 mai 2014)

> 889 entreprises provenant de 22 pays

> Capitalisation négociée moyenne: 3,8 milliards US/entreprise

> Rendement total (en dollars US): + 7% en 1 an, - 8,6% en 3 ans

> Principaux pays en pondération: Chine 20%, Taïwan 13,8%, Brésil 13%, Inde 10,5%, Afrique du Sud 9,5%, Russie 5,8%, Mexique 5,7%, Malaisie 5%, Thaïlande 2,6%, Chili 1,7%, etc.

> Grands secteurs en pondération: Banques-finances-assurances 26%, pétrole et gaz-matières premières 17,8%, technologies-télécommunications 17,7%, industries-autos-matériaux-construction 11,7%, aliments et boissons 4,9%, détaillants-tourisme 4,8%, santé-soins personnels 4,7%, médias 4%, etc.

Source: FTSE Group / London Stock Exchange




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer