Wall Street rebondit grâce à des indicateurs encourageants

Les indices sont repassés dans le vert jeudi... (PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS)

Agrandir

Les indices sont repassés dans le vert jeudi après la publication d'une salve d'indicateurs américains de bon augure.

PHOTO CARLO ALLEGRI, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a terminé dans le vert jeudi, portée par des chiffres encourageants sur l'économie américaine qui ont permis d'éclipser les incertitudes sur l'évolution des taux d'intérêt.

La Bourse de Toronto a clôturé en modeste hausse, la publication de données économiques jugées positives aux États-Unis ayant contrebalancé les inquiétudes entourant les taux d'intérêt.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,02 cent US à 88,95 cents US.

-----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 14 361,83 / 27,79 (0,19%)
  • Dow Jones 16 330,99 / 108,82 (0,67%)
  • S&P 500 1 872,01 / 11,24 (0,60%)
  • NASDAQ 4 319,29 / 11,69 (0,27%)
-----------------

Les indices ont commencé débuté la séance en baisse mais ont rapidement rebondi après la publication d'indicateurs de bon augure sur l'économie des États-Unis.

L'indice composite des indicateurs économiques américains a d'une part augmenté un peu plus qu'escompté en février. Et l'activité manufacturière de la région de Philadelphie (nord-est des États-Unis) a rebondi beaucoup plus que prévu en mars.

Sur le front de l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté moins que prévu pour la semaine close le 15 mars.

Seule petite ombre au tableau, les ventes de logements anciens aux États-Unis ont légèrement reculé en février.

Mais dans leur ensemble ces données «reflètent une économie qui progresse, lentement certes, mais sûrement», a estimé David Levy de Kenjol Capital Management.

Surtout «cela fait plusieurs semaines que les acteurs du marché imputent au mauvais temps la faiblesse des indicateurs», a-t-il noté. «Les chiffres d'aujourd'hui les confortent dans l'idée que c'est effectivement le mauvais temps qui est à blâmer et que l'économie est prête à repartir de l'avant.»

«Surréaction» à Yellen 

Pour le spécialiste, les investisseurs ont aussi rectifié le tir après leur «surréaction» aux commentaires de la présidente de la banque centrale américaine (Fed).

Lors de sa première conférence de presse à la tête de l'institution, Janet Yellen a en effet indiqué mercredi qu'il pourrait être nécessaire de remonter les taux d'intérêt «environ six mois» après la fin des dernières injections de liquidités de la Fed dans le système financier.

Selon ce que décide l'institution sur le rythme du ralentissement de ce soutien monétaire, cela pourrait signifier que la hausse des taux interviendrait dès avril 2015, soit plus tôt que la mi-2015 évoquée jusqu'ici par la Fed.

«Le marché semble avoir complètement occulté le fait que (Mme Yellen) a souligné que cette action dépendrait de l'environnement économique», a relevé Patrick O'Hare de Briefing.com. «Le marché a juste entendu 'six mois' et s'est emballé» en faisant reculer nettement les indices mercredi.

Des taux d'intérêt plus élevés tendent en effet à peser sur l'appétit des courtiers pour les actions car il renchérit le coût du crédit et rend plus attractifs les produits d'investissement à revenu fixe.

Sur le front des valeurs, le secteur bancaire a terminé en grande forme: JPMorgan, qui a enregistré une des plus fortes hausses du Dow Jones, a gagné 3,10% à 60,11 dollars, Morgan Stanley 3,08% à 32,79 dollars, Bank of America 2,75% à 17,92 dollars, Citigroup 2,62% à 50,22 dollars et Goldman Sachs 0,62% à 169,22 dollars.

Microsoft a de son côté profité (+2,70% à 40,33 dollars) de la persistance des rumeurs sur le lancement imminent d'une version de son logiciel d'exploitation Office pour la tablette d'Apple iPad.

Pfizer a progressé de 0,63% à 31,91 dollar. Le groupe pharmaceutique a reçu une autorisation spéciale de l'autorité américaine des médicaments pour un vaccin destiné à combattre une forme spécifique du méningocoque.

La chaîne de magasins de prêt-à-porter Guess a chuté de 3,41% à 27,78 dollars après avoir fait part de prévisions inférieures aux attentes du marché.

Également dans l'habillement, les résultats du distributeur Burlington ont en revanche ravi les investisseurs (+15,79% à 29,99 dollars).

Le marché obligataire, qui avait fortement baissé mercredi, a terminé sur une note contrastée. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a progressé à 2,775% contre 2,772% mercredi soir, et celui à 30 ans a reculé à 3,660% contre 3,670% à la précédente clôture.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer