Les analystes financiers poursuivaient hier leur évaluation des impacts boursiers de l'acquisition annoncée lundi des pharmacies Shoppers Drug Mart/Pharmaprix (T.SC) par Loblaw (T.L) pour 12,4 milliards de dollars.

Paul Durivage LA PRESSE

Voici leurs derniers commentaires concernant la plus grosse transaction de l'histoire dans le commerce de détail au Canada. En prime: leur prescription aux investisseurs.

Keith Howlett - Desjardins Marchés des capitaux

«La combinaison de deux entreprises à faible croissance permettra-t-elle d'obtenir l'élixir de santé recherché?», demande Keith Howlett, de Desjardins Marchés des capitaux. L'expert dans le commerce de détail dit avoir hâte de connaître le plan de la direction pour savoir comment les deux sociétés pourront croître plus facilement ensemble alors que le marché de la santé, du bien-être et de la nutrition est tributaire de l'évolution démographique et des changements de valeurs de la société. La transaction est toutefois positive, à son avis. Elle devrait ajouter 34 cents au bénéfice par action annuel dès la première année, grâce aux bas taux d'intérêt.

Tout compte fait, Desjardins renouvelle sa recommandation d'achat sur Loblaw et fait passer sa cible de prix sur un an de 50$ à 55$. Hier, le titre a clôturé en baisse de 3%, à 48,60$, à la Bourse de Toronto.

Vishal Shreedhar - Financière Banque Nationale

«Loblaw a trois moteurs de la croissance à moyen terme: sa restructuration en cours, l'intégration de Shoppers Drug Mart et le développement de sa fiducie de revenus immobiliers Choice Properties, commente Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale (FBN).

«En outre, l'acquisition de Shoppers permettra à Loblaw de bénéficier de tendances de fond dans le marché des produits de consommation de base, comme servir une population vieillissante (demande croissante de médicaments) et répondre à la demande pour plus de produits axés sur la santé et le bien-être.»

Selon l'expert de la FBN, le ratio d'endettement est acceptable et s'améliorera graduellement.

La Nationale recommande l'achat des actions de Loblaw avec un prix cible de 55$.

Trevor Bateman - BMO Marchés des capitaux

La mise sous surveillance de la cote de crédit (BBB) de Loblaw par l'agence torontoise DBRS inquiète peu l'analyste Trevor Bateman, de BMO Marché des capitaux. Celui-ci croit que la cote de Loblaw sera probablement confirmée si elle démontre sa capacité à réduire comme promis son endettement au-dessous de 3,5 fois le bénéfice d'exploitation dans les 18 à 24 mois. La cote supérieure (A-) attribuée à Shoppers Drug Mart est plus à risque alors que sa dette se fondra avec celle de sa société mère. Les créanciers pourront toutefois se réjouir d'obtenir de meilleures garanties.

La BMO recommande toujours l'achat des actions du géant canadien de l'alimentation.

Peter Sklar - BMO Marchés des capitaux

«Nous ne trouvons pas dans cette transaction des synergies aussi convaincantes que la récente acquisition de Safeway Canada par Empire (Sobeys). Cependant, nous continuons à coter Loblaw en "sur-performance" au vu de cette opération, de l'introduction en Bourse de sa fiducie de revenus immobiliers et d'autres stratégies récentes favorables aux actionnaires, ainsi que des signes d'amélioration opérationnelle dans les activités de base d'épicerie», écrit le collègue Peter Sklar, de BMO Marchés des capitaux. Ce dernier a porté son prix cible de 53$ à 59$.

Jim Durran - Barclays Capital

L'expert en commerce de détail de la firme Barclays a fait ses calculs. Son prix cible est porté de 51$ à 56$, suivant un multiple de 8,5 fois seulement le bénéfice d'exploitation attendu en 2015. «L'acquisition permet à Loblaw d'accéder au meilleur réseau de pharmacies au Canada avec une tendance démographique favorable sur le long terme», réitère l'expert torontois.

Barclays surpondère toujours le titre en portefeuille.