La Bourse de New York et de Toronto ont légèrement reculé mardi, interrompant leur course aux records historiques à la veille d'une nouvelle intervention du patron de la Réserve fédérale américaine (Fed) Ben Bernanke.

AGENCE FRANCE-PRESSE

------------------

Les marchés à la clôture:



TSX: 12 516,89 / -11,46 (-0,09%)

Dow Jones: 15 451,85 / -32,41 (-0,21%)

S&P 500: 1 676,26 / -6,24 (-0,37%)

NASDAQ: 3 598,50 / -8,99 (-0,25%)

-----------------

Le Nasdaq à dominante technologique, qui avait atteint lundi un nouveau sommet en presque 13 ans, a terminé en baisse.

«Des nouvelles économiques pas vraiment extraordinaires et un petit sentiment d'anxiété avant une nouvelle allocution» de Ben Bernanke ont un peu «secoué le marché aujourd'hui, mais ce n'est qu'une petite turbulence», a commenté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

À Toronto, les investisseurs se sont départis d'actions dans les secteurs des matériaux et de l'énergie. Le cours du baril de pétrole brut léger pour livraison en août s'est établi à 106 $ US, en baisse de 32 cents US, à la Bourse des matières premières de New York.

Le cours de l'once d'or pour livraison en août s'est établi à 1290,40 $ US sur le marché des métaux à New York, en hausse de 6,90 $ US, tandis que le secteur de l'or à Toronto augmentait de 3,1%.

Le dollar canadien, par ailleurs, a clôturé à 96,47 cents US, en hausse de 0,45 cent US.

Après avoir rebondi la semaine dernière dans le sillage de propos rassurants sur la poursuite d'une politique monétaire très accommodante, Wall Street se préparait en effet nerveusement à une série d'interventions du patron de la Fed mercredi et jeudi devant le Congrès américain.

Le rapport semi-annuel de politique monétaire de M. Bernanke devant une commission de la Chambre des représentants était attendu dès 8 h 30, à une heure de l'ouverture de la séance à Wall Street.

«Il faut se préparer à des feux d'artifices dans un sens ou dans l'autre», a anticipé Brent Schutte, stratège de BMO Private Bank.

Une salve d'indicateurs économiques en demi-teinte n'a pas réussi à réveiller la bonne humeur des investisseurs: comme prévu, la production industrielle a augmenté en juin de 0,3% et les prix à la consommation ont augmenté quant à eux plus fortement que prévu le mois dernier, en raison d'un bond des prix de l'énergie.

Dans l'immobilier en revanche, une hausse «plus importante que prévu» de la confiance des constructeurs américains de logements «à son plus haut niveau depuis janvier 2006», a rassuré le marché sur la reprise du secteur, selon Jennifer Lee, économiste de BMO Capital Markets

Côté résultats, si la banque d'affaires Goldman Sachs (-1,69% à 160,24 dollars) a fait mieux que prévu, comme ses homologues du secteur, avec un bénéfice net doublé sur un an, et si le groupe pharmaceutique Johnson and Johnson (stable à 90,40 dollars) a relevé sa prévision annuelle, le géant des boissons sans alcool Coca-Cola (-1,90% à 40,23 dollars), qui a affiché un bénéfice peu brillant, a déçu.

Avant la diffusion de ses résultats à la clôture du marché, le géant de l'internet Yahoo! a lâché 1,68% à 26,88 dollars, tandis qu'à la veille des leurs, Intel s'est apprécié de 1,25% à 24,24 dollars et IBM a cédé 0,08% à 193,85 dollars.

Coté sur le Nasdaq, le géant chinois de l'internet Baidu a grimpé de 4,04% à 105,69 dollars au lendemain de l'annonce du rachat de 91 Wireless Websoft, une société de téléchargements pour téléphones portables.

Le fabricant de jeux de casinos SHFL Entertainment, qui va se faire racheter par son concurrent Bally Technologies (+6,93% à 65,13 dollars) pour environ 1,3 milliard de dollars, s'est envolé de 21,98% à 22,81 dollars.

Lanterne rouge de la séance, le titre du constructeur de voitures électriques Tesla a plongé de 13,26% à 110,39 dollars, plombé par une recommandation de prix d'analystes très basse.

Le marché obligataire a progressé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,532% contre 2,556% lundi soir et celui à 30 ans à 3,584% contre 3,611% la veille.

- Avec La Presse Canadienne