La sélection des meilleurs titres est à la base de plusieurs stratégies qui permettent aux investisseurs de réaliser un rendement absolu intéressant, même si les marchés boursiers s'apprécient peu, ou même encore s'ils baissent.

Jean Gagnon., collaboration spéciale LA PRESSE

Une de ces stratégies est la vente d'options de vente (put option) qu'utilise Patrick Proulx, président de Globevest Capital, une firme de gestion de Montréal qui gère des fonds alternatifs de plus de 350 millions de dollars. «Nous utilisons une approche mathématique structurée afin de tirer profit de la volatilité des marchés», explique-t-il.

La stratégie consiste à sélectionner de bonnes entreprises et à vendre des options de vente des actions de ces entreprises. On recherche les options venant à échéance dans un an et dont le prix d'exercice est d'environ 10% inférieur au cours actuel des titres sélectionnés. Le vendeur de ces options reçoit alors une prime variant généralement entre 6% et 10% de la valeur du titre.

Au lieu de servir à acheter les actions de l'entreprise, le capital est investi dans des obligations qui procurent un rendement annuel d'environ 2,5% dans le contexte du marché obligataire actuel. Les obligations servent de marges de couverture pour les options vendues.

L'investisseur réalise le plein rendement, soit la prime et le rendement des obligations, si le cours du titre ne tombe pas sous le prix d'exercice de l'option, d'où l'importance d'une bonne sélection. «Nous visons un rendement absolu de 8% à 15% dans un contexte de stagnation des marchés», dit Patrick Proulx.

Voici comment il applique la stratégie de vente d'options de vente sur une sélection de quatre titres pour lesquels il estime que les perspectives sont favorables.

Dr Horton [[|ticker sym='DHI'|]]

Cours: 23,88$

Haut et bas (52 semaines): 24,66$ - 13,45$

Bénéfice par action: 0,86$

Dividende: 0,63%

Importante société du secteur de la construction résidentielle, elle achète et aménage des terrains pour construire et vendre des logements résidentiels dans 28 États des États-Unis. Elle profite d'une reprise du marché hypothécaire résidentiel où les prix des maisons ont augmenté au cours des trois derniers trimestres, note Patrick Proulx. Sa dette représente 39% de sa capitalisation, ce qui en fait le titre du secteur ayant le plus faible niveau d'endettement. M. Proulx suggère de vendre les options de vente au prix d'exercice de 20$ échéant le 17 janvier 2014 qui se négocient à 1,45$. En ajoutant le rendement sur les obligations, le rendement réalisé sera de 9,5% dans 11 mois, et ce même si le titre se dépréciait jusqu'à 20$, soit une baisse de 16%.

Terex Corp [[|ticker sym='TEX'|]]

Cours: 34,97$

Haut et bas (52 semaines): 35,76$ - 14.05$

Bénéfice par action: 2,02$

Dividende: aucun

Terex est un manufacturier d'équipements pour les secteurs de la construction, de l'exploitation minière, de l'agriculture, du transport et de l'énergie. Ses équipements sont vendus à travers le monde. Comme le niveau d'endettement n'est pas parmi les plus bas, les primes sur les options sont plus généreuses. M. Proulx suggère de vendre les options de vente au prix d'exercice de 30$ échéant le 17 janvier 2014 pour un prix de 3,50$. Le rendement total dans 11 mois sera de 14% si le titre ne tombe pas en bas de 30$. Aucune perte ne sera subie tant que le titre demeure au-dessus de 26$.

Macy's [[|ticker sym='M'|]]

Cours: 39,48$

Haut et bas (52 semaines): 42,17$ - 32,31$

Bénéfice par action: 3,39$

Dividende: 2,05%

Cette chaîne de magasins bien connue aux Etats-Unis offre des vêtements et accessoires pour hommes, femmes et enfants, ainsi que des cosmétiques, articles d'ameublement et autres de biens de consommation. Son virage web est excellent, observe Patrick Proulx. L'entreprise réalise d'excellents bénéfices avant impôts, intérêts et amortissement, de 3,6 milliards sur des ventes totales de 27 milliards. Le titre étant moins volatil, les primes sur les options sont moins généreuses. Il suggère néanmoins de vendre les options de vente au prix d'exercice de 35$ échéant le 17 janvier 2014 à un prix de 2,40$. Le rendement total sera de 9,15% si le prix se maintient au-dessus de 35$. Aucune perte n'est subie tant que le titre ne baisse pas en bas de 31,75$, soit un recul de près de 20%.

Citigroup [[|ticker sym='C'|]]

Cours: 44,49$

Haut et bas (52 semaines): 44,68$ - 24,61$

Bénéfice par action: 3,97$

Dividende: 0,09%

Cette grande banque américaine a finalement survécu à la crise financière, et elle a passé avec succès tous les tests de solvabilité (stress tests) exigés par la Réserve fédérale. Ses prêts sont à la hausse de 7%, et bien qu'encore faible, ce taux de croissance signale néanmoins une reprise, explique Patrick Proulx. La vente des options de vente au prix d'exercice de 40% échéant en janvier 2014 permettra de réaliser un rendement de près de 10% si le titre se maintient au-dessus de 40$, et aucune perte ne sera enregistrée tant que le titre ne chute pas de plus de 18%, soit en bas de 36$.